Welcome In Our World
Bon Niveau Requis

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 It's so wonderful [heya Niko ~ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
Invité



MessageSujet: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Dim 31 Mai - 23:29



Wonderful life ? Ah qu'ils étaient loin les soucis ! Pas de cours, juste un magnifique ciel bleu qui annonçait une nuit où on pourrait peut-être lire dans les étoiles. An portait un pull rouge presque trop grand sur un jean déchiré aux cuisses. Sa besace tombait sur ses fesses alors qu'entre ses lèvres une sucette à la cerise se trouvait. Quelques barrettes fraise et cerise, dont le motif faisait écho à celui de ses chaussures, maintenaient les mèches qui avaient envie de tomber devant ses yeux. Des passants lui adressaient un regard curieux. Qui est-ce qu'il attendait ? Un ami ? Un amoureux ? Certains l'observaient un moment pour savoir s'il y avait de la poitrine ou non. Ah la curiosité. Le jeune homme attrapa sa sucette et laissa échapper un soupir ennuyé. Qu'est-ce qu'il faisait chaud ! À en crever... Pourquoi n'avait-il pas pris de chapeau ? Ah oui, il était parti dans un élan de précipitation de l'appartement. Tout ça à cause d'un pote de la fac. Soit-disant qu'il avait eu un accident. Mon oeil. La raison s'était juste avérée être un prétexte pour le faire sortir. Évidemment l'asiatique l'avait mal pris - franchement de mauvais goût - et après l'avoir envoyé balader, il avait envoyé un texto à son grand frère préféré. Ça bosse souvent un flic et aussi bien en semaine que les week-ends. Et avec les cours, le petit boulot, ils ne passaient pas tellement de temps ensemble. Son portable en main, il vérifia l'heure et finit par aller s'asseoir sur un banc.

Un pépé ne put se retenir de venir lui dire quelques mots. L'image de ses propres grands-parents refit surface et il se surprit à trouver dommage qu'ils ne soient pas comme le monsieur. Sa grand-mère lui aurait fait la leçon sur sa tenue. Ses barrettes. Parce qu'on portait forcément des kanzashis et pas des accessoires bon marché. Quant à son grand-père, il aurait hoché de la tête dans le vague. Totalement indifférent aux propos. Comme d'habitude. Alors que le papi abordait le changement de la ville et que maintenant, il n'y avait que de la vermine, le petit brun observa un jeune homme. Brun, coupe de cheveux très travaillée, style négligé mais propre. Le vieil homme lui tapota l'épaule en lui disant qu'il avait de drôle de goût. Un haussement d'épaules fut sa seule réponse. An avait pas de goût précis. Ah si, il avait un penchant pour les hommes un peu plus vieux que lui. Minimum 27 ans. 30 ans étant l'âge parfait. Un psy aurait sans doute dit que cela venait de sa relation défaillante avec son père. Recherche d'une image paternel et tout ça. Lui, ne songeait pas à tout ça. Non, il les voyait comme des personnes déjà installées dans la vie qui connaissaient donc davantage plus de choses que les jeunes de son âge et qui réfléchissaient différemment aussi – bien sur, il y avait quelques exceptions dont une qu'il avait rencontré. Ses yeux clignèrent alors qu'une silhouette familière l'interpella et il quitta immédiatement le banc en hurlant.

« - NIKOOOOO !!! »

Pour la discrétion, on pouvait repasser. Il agitait son bras droit tout en faisant fi des regards interloqués. Comme ça n'allait pas assez vite à son goût, le jeune homme se rapprocha un large sourire aux lèvres. Rapidement, il se saisit de son bras et enroula le sien autour. An avait tout de la petite soeur qui n'a pas vu son aîné depuis des lustres et qui l'assaillit comme si elle allait mourir le soir même. Ou comme si son frère allait disparaître le lendemain. Ce qui pouvait être imaginable vu le métier exercé par Niko, mais en même temps, An ne trainait pas non plus avec les personnes les plus clean. Si on estimait qu'il y avait meilleur compagnon pour dîner qu'un chef de clan. D'ailleurs, il avait envie d'en parler un peu au russe de son idée mais il le soucierait inutilement, n'est-ce pas ? Après avoir planté un bisou sur la joue le plus proche, le petit brun lança joyeusement.

« - Ça va, ça va ? Pas trop fatigué ? »

Il y en a qui se demandaient franchement ce qu'ils trafiquaient. Mais An avait ce moral qu'il n'avait qu'en présence de la personne qui était en réalité son cousin. En même temps, comment les gens pouvaient le savoir, si on ne leur disait pas ? Si l'asiatique présentait d'emblée Niko comme son frère, on le croyait. Bon, on pensait qu'ils étaient demi-frères plus exactement ou alors des enfants d'un remariage mais c'était tout. Tout en le trainant vers une allée menant au centre ville, il pencha la tête sur le côté. Passablement ravi de sa prise. Une de ses mains se mit à fouiller dans les poches du policier. Il se saisit du portable. Une petite bascule sur le mode silencieux et c'était parfait. Non mais ho, ils allaient pas être dérangés, en plus. Quoi ? La famille avant le boulot, tiens !

« - Alors combien de criminels arrêtés aujourd'hui ? Si j'ai un exposé sur les serial killers, tu m'aideras ? On peut jeter un oeil aux archives de la police ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Lun 1 Juin - 21:53


La nuit avait été de courte durée pour l’inspecteur Nikolaï Kohl. Il s’était réveillé en entendant le violent son de la radio. Arraché de son sommeil, il s’était rapidement lavé, avait mangé et préparé un petit-déjeuner pour son petit frère avant de filer pour le boulot. Il lui arrivait parfois de lui préparer un panier repas, quand il savait qu’il mangeait à la fac, et quand il en avait le temps, mais cela se faisait plus rare ces temps-ci. Le travail s’était accumulé sur son pauvre bureau qui manquait de s’écrouler sous les dossiers, et une nouvelle affaire s’était rajoutée à toutes les autres en cours. Une affaire où il allait devoir travailler en équipe avec deux autres inspecteurs. Des femmes qu’il n’avait jusqu’à alors que très peu fréquenté, mais qui semblait l’une comme l’autre avoir un caractère bien trempé. Et aujourd’hui, alors qu’il était plongé dans des dossiers qui n’avançaient pas, il sentit son portable vibrer. Chose qui était plutôt rare.

1 nouveau message. Lil’ Bro’ <3.

Intrigué, un peu inquiet, il ouvrit le message. Quelques minutes plus tard, il quittait le bureau avec un sourire aux lèvres pour rejoindre un petit asiatique. La Mairie était toute proche du poste de police, il y serait en quelques minutes seulement. Il avait pourtant pris le soin de se changer et de remettre ses vêtements de tous les jours. Habillé d’un simple jean et d’une chemise, l’inspecteur se sentait bien plus décontracté, et les gens arrêtaient de l’interpeller dans la rue pour savoir où se trouvait telle ou telle rue, ou pour demander un quelconque renseignement. De plus, il ne pensait pas qu’An apprécie le fait qu’il arrive habillé de son uniforme de police. Déjà qu’il passait la plupart de son temps à son travail… Il l’avait un peu délaissé ces temps-ci, et s’en voulait. Tous deux avaient été assez occupés, mais aujourd’hui, c’était décidé, ils passeraient la journée ensemble.

Arrivé à la place de la mairie, ses yeux cherchèrent une silhouette fine, masculine ou féminine. Le fait qu’An se travestisse ne le déranger absolument pas. Son apparence extérieur ne changeait rien à la personne qu’il était à l’intérieur, et tant que l’asiatique se sentait bien, alors lui aussi allait bien. Une voix l’interpella. Au loin, il vit quelqu’un s’approcher de lui avec entrain, et il s’arrêta pour lui faire un signe de main, un large sourire aux lèvres. Rare étaient les fois où il souriait ces temps-ci. La plupart des gens n’avaient le droit qu’à un sourire poli, parfois légèrement crispé. Il ne se sentant lui-même qu’auprès d’An, et quand ce dernier était revenu dans sa vie, il s’était sentit soulagé et heureux. Le savoir loin de lui ne lui avait pas plu. Les communications longue distance étaient difficiles. Ils s’appelaient, aussi souvent qu’ils le pouvaient, rien que pour entendre la voix de l’autre, s’échangeaient des mails, discutaient même parfois en webcam mais cela était plus rare. Et puis, c’était différent. Nikolaï préférait pouvoir sentir la présence physique de l’autre dans la pièce. Alors le retrouver avait été un vrai bonheur.

- Hey. Très jolies ces barrettes. Ca te va bien. Je ne les avais jamais vues avant !

Quand An se rapprocha de lui, le russe lui tendit volontiers son bras et déposa un baiser rapide sur son front, en réponse à son baiser sur sa joue. Le regardant un instant, on pouvait lire dans le regard bleu de l’homme une certaine joie. Malgré le fait qu’ils habitent ensemble, il était difficile pour eux de se croiser avec leurs emplois du temps si différents. Alors que le petit brun l’ait appelé aujourd’hui lui avait réellement fait plaisir. Il avait besoin d’être loin de son boulot ces temps-ci, de se reposer. Peut-être demanderait-il des vacances, après avoir bouclé leur affaire au cirque ? Et il emmènerait An tiens. Ils pourraient aller à la montagne, s’éloigner de la ville et de ses bruits incessants.

- Oui, ça va. Un peu mais je gère. Et toi ? Les cours, ça se passe bien ? Tu as mangé ce que je t’ai préparé ce matin ?

C’est qu’avec le rythme fou d’un étudiant, on oubliait parfois de prendre son petit-déjeuner, et grand frère Niko était toujours dans le coin pour surveiller. Suivant le pas, le russe ne regardait pas où ils allaient, laissant simplement son jeune cousin l’entraîner là où il le souhaitait. Ils n’étaient certes pas de la famille proche, mais éprouvaient l’un pour l’autre cette tendresse que l’on ne retrouvait que dans la fibre familiale. Nikolaï chérissait le plus jeune et tenait à lui comme à la prunelle de ses yeux. Autant dire que si An un jour avait quelqu’un dans sa vie, il faudrait passer par la case Niko et attendre que ce dernier approuve. Un brin trop protecteur ? Sûrement. Voyant An fouiller sa poche, il haussa un sourcil, encore plus quand il sortit son téléphone portable. Y avait-il un problème ? Penchant la tête vers l’asiatique, il le vit simplement mettre son portable en muselière. Touché par l’attention, il lui sourit.

- Pas grand monde, mais ça finira par venir ! Et oui, je t’aiderais, bien entendu. Pour les archives, on verra, je pense qu’on peut s’arranger si tu en as besoin. Tu veux faire les boutiques ?

Il avait vu quelques articles intéressants la dernière fois, mais n’avait pas eu le temps d’acheter quoi que ce soit. Et puis il y avait aussi une robe qu’il avait trouvée vraiment très jolie et qui irait très bien à An. Il n’avait pas eu le temps de la prendre la dernière fois, et regrettait un peu. Souvent, il ramenait quelques petites cadeaux à l’asiatique. Pas grand-chose, mais c’était des petites attentions par-ci par-là. Un pot de glace, des chocolats, quelques bijoux fantaisistes. A chaque fois, la même chanson. « C’est pour votre petite amie ? » « Non, non… Ma petite sœur ». Attrapant à présent la main du plus jeune, il entrelaçait leurs doigts ensemble. Un contact physique dont il avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mar 2 Juin - 1:16

‹ Economical Shoppers


An éprouvait quelque chose de précis envers son cousin. De la confiance. Il n'avait jamais eu autant confiance en quelqu'un. Et probablement qu'aucune personne ne pourrait rivaliser à ce point. Le russe l'avait accepté comme il était sans poser de questions ou s'interroger sur sa personnalité. Pour l'asiatique, c'était le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire. Les années passées lui avaient paru bien longues. Fini l'occasion d'aller quémander des câlins, d'embêter son grand frère, de s'endormir après lui avoir raconté tous les soucis du moment. Certes, les progrès de la technologie aidaient beaucoup à combler la distance mais rien ne valait le contact. Un sourire se pointa sur ses lèvres sous la remarque des barrettes. Il les avait acheté, il y a peu. Un besoin d'acheter pour compenser une certaine frustration s'était saisi de lui et son stock d'accessoires pour les cheveux avait passablement augmenté. Les cheveux courts n'autorisaient que des barrettes mais cela lui suffisait. Combien de fois un vendeur ou une vendeuse lui avait dit '' Mademoiselle '' ? Cela arrivait trop souvent mais cela amusait toujours autant l'asiatique. À croire qu'il prenait un malin plaisir à induire les gens en erreur.

« - Ouiii et c'était très bon ! Sérieux, tu es bon à marier, enfin pas tout de suite hein ! Quant aux cours, je me suis endormi aux premiers. Heureusement on avait un assistant super mignon. Châtain clair avec des jolis yeux vert ! Je sais pas trop de quoi on a parlé mais en tout cas, lui, je l'ai remarqué ! »

Pas de précipitation pour avoir une vie de couple parfaitement stable et tout ce qui allait avec. An était pas prêt pour ça. Il avait encore besoin de lui. Grandir signifiait prendre son envol mais les évènements l'avaient forcé à quitter le nid très tôt. Bon en ce qui concernait les cours, il n'y avait pas de quoi être fier, hm ? Son dernier petit boulot le faisait finir vraiment tard et le lendemain arrivé, le petit brun n'avait envie que d'une seule chose. Dormir toute la journée. Malheureusement les cours existaient et il se voyait mal arrêter. Cependant, An ne pouvait pas ne pas travailler. Il avait toujours vécu ainsi même quand il dépensait l'argent paternel. Niko l'avait accepté sous son toit et le chouchoutait comme pas permis. Dans un certain sens, il refusait de laisser sa place de favori être prise par quelqu'un d'autre. Toutefois, il devait pousser son cousin à trouver quelqu'un, à faire sa vie. À chaque fois, qu'il songeait à cela, son coeur se serrait. Non, il devait tout faire pour que son grand frère de coeur soit heureux. C'était tout ce qui comptait, n'est-ce pas ? Mais en même temps, qu'était le bonheur pour le russe ? Pour lui, ce n'était que des choses ridiculement simple

« - Merci ! Et oui ! Ça fait longtemps qu'on les a pas faites tous les deux. On va où ? Tu sais dans quel genre de boutiques, tu veux aller ? Oh et si on allait t'acheter des fringues ? Allez, allez ? Ensuite, on fera un saut pour les disques, je cherche quelque chose ! »

Ses doigts s'entrelacèrent sagement aux siens et machinalement son pouce se mit à caresser le dessus de la main de Nikolai. Rassurant ? En quelque sorte, le russe était le meilleur des doudous pour les petits enfants tristes. L'apaisement dominait tout son être. Il n'avait envie de rien à part de rester avec lui aujourd'hui. Sa tête vint prendre appui contre l'épaule tout proche. Ses yeux erraient sur les gens alors qu'ils marchaient. Des hommes. Des femmes. Des adolescents. Aux vêtements, deviner le milieu social des gens se révélait être un jeu d'enfants. Sa tête se redressa alors que ses lèvres dessinaient la forme d'un adorable ' O '. Donnant un léger coup de menton en direction d'un homme, An souffla.

« - Oh, regarde, elle est pas mal cette veste, non ? Je suis sur que ça t'irait ! Tu aurais pu faire mannequin ! En plus, tu es grand et beau. Tu crois que c'est trop tard ? »

En même temps, An aurait été prêt à tout pour que Niko fasse un métier moins dangereux. L'épisode du coma restait un fait assez marquant et même s'il ne disait rien, le petit brun craignait qu'on ne l'appelle pour lui annoncer le pire. Heureusement, tout allait bien pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mar 2 Juin - 16:53


Faire les boutiques, se retrouver pour passer un moment ensemble, qu’y avait-il de plus agréable ? Dans cette ville, An était comme une sorte de bouffée d’air frais. Il était gentil et attentionné, n’attendait rien de spécial de la part de Niko sinon de l’affection, chose qu’il lui donnait sans aucun problème, et sans aucune limite surtout. Un grand frère protecteur, voilà ce qu’il était. Et il endossait ce rôle volontiers. Sa vraie famille, si on pouvait appeler cela comme ça, habitait loin de là, à l’autre bout du monde, en Russie. Et ces dernières années, il n’avait eu que très peu de contact avec eux. An, pour lui, était devenu bien plus important que le reste. En sa présence, il redevenait l’ancien Niko, celui qui était aimable et souriant. Plus gentil que lui, il n’y avait pas.

- Tant mieux si ça t’a plu. Et je ne compte pas me marier tout de suite, ne t’en fais pas. Il faudrait déjà que je te trouve une épouse qui te plaise pour ça ! Et c’est qui cet assistant, mh ? Tu comptes l’inviter à sortir ? Me le présenter bientôt ?

Il allait vite en besogne ? Oui, peut-être. Mais il ne voulait que le meilleur pour An. Et autant dire que ses critères pour les prétendants du jeune asiatique étaient placés haut. Très très haut. Il était d’ailleurs plus inquiet par la vie sentimentale d’An que par ses cours, le fait qu’il se soit endormi étant passé sans problème. Et il comprenait de toute manière que le plus jeune soit fatigué après son travail, bien que lui aurait aimé qu’il trouve un job avec des horaires plus relaxes. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir. Même s’il était d’accord pour prendre en charge les frais d’An, ce dernier n’accepterait probablement pas. Les jeunes, ça voulait de l’indépendance aussi, et il ne fallait pas trop les chouchouter, chose que faisait le russe un peu trop souvent. Mais se séparer d’An était bien trop difficile, autant pour lui que pour celui qu’il considérait comme son petit frère. Tout allait donc pour le mieux. Il était heureux comme il était, et n’avait pas besoin de plus.

- Où tu veux. Tu t’y connais mieux que moi de toute manière, non ? Ha ha, et c’est d’accord. Allons m’acheter des vêtements, j’ai besoin de renouveler ma garde-robe. Mais j’ai vu une robe la dernière fois qui te plairait je pense ! A Macy’s. On va y faire un tour ?

Guidant le plus jeune en lui tenant la main, il ne put s’empêcher de remarquer encore une fois à quel point les doigts de l’asiatique étaient fins et petits. Pas comme les siens, grands et légèrement noueux, avec quelques veines qui ressortaient avec l’âge. Le fait de tenir une arme n’arrangeait pas, m’enfin. Jetant quelques regards aux personnes présentes, il tourna la tête en direction de l’homme qu’An désignait. L’examinant en penchant légèrement la tête, il regarda d’un air curieux les vêtements que la personne portait. Cette dernière ne tarda pas à remarquer les deux paires d’yeux qui l’observaient. Détournant le regard, Nikolaï se pencha vers le plus jeune.

- Oui, c’est vrai qu’elle est pas mal. Je me demande où il l’a acheté. Et tu n’es pas sérieux tout de même ? Tu me vois être mannequin ? Je pense que c’est un peu trop tard à mon âge.

Lui-même pensait à se reconvertir dans un métier moins dangereux. Il fallait dire que le coma l’avait secoué bien plus qu’il ne le montrait, et ses visites régulières chez un psychologue attestaient de sa fragilité mentale. Pourtant, il continuait d’être inspecteur de police, dans cette ville corrompue. Il devait être masochiste quelque part. Il aurait aimé être libraire, ou bien vendeur dans un magasin de cd. Un métier tranquille. Mannequin, c’était bien trop strass et paillettes, et il ne pensait absolument pas avoir la carrure pour pratiquer un tel métier. Leurs pas les menèrent finalement dans une rue plus bondée, d’où on pouvait voir l’immense centre commercial qu’était Macy’s, avec ses sept étages. Restait à se rappeler où est-ce qu’il avait vu la robe, parmi toutes les choses qui se trouvaient à l’intérieur de l’immeuble.


- D’ailleurs, quel cd est-ce que tu cherches ?

Bien que leurs goûts fussent légèrement différents niveau musique, et qu’il ne connaissait probablement pas le quart de la bibliothèque musicale d’An, il s’y intéressait et écoutait parfois un des disques que le plus jeune avait laissé traîné dans le salon. Lui était bien plus classique, voire même vieux jeu. Mais la musique n’occupait pas une place importante de sa vie. Il mettait la radio de temps en temps en faisant la cuisine, et c’était à peu près tout. D’ailleurs en parlant de cuisine…

- Je dois faire quelques courses aussi pour la maison. Le frigo va bientôt être vide. Tu voudrais manger quoi ce soir ? Si tu dînes à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mer 3 Juin - 19:42



Quant à An, à l'exception de son oncle qui s'était mis à vivre avec un homme sur le tard, tout le monde se trouvait au Japon. Ce qui n'était pas plus mal en soit. De temps en temps, l'asiatique appelait ses cousins, prenait des nouvelles par-ci, par-là. Sinon sa grand-mère essayait souvent de le joindre. Plus pour le forcer à revenir et laver l'affront fait la famille que par réelle envie de le savoir en bonne santé. Le jeune homme ne dérochait jamais. Il attendait toujours que son grand-père le rappelle. Malgré son silence face à l'annonce du mariage, ils avaient gardé ce lien privilégié apparu durant l'enfance. Le petit brun était son chouchou parmi ses petits enfants cependant il le cachait pour éviter les remarques et créer des jalousies. Son petit-fils avait désiré la carrière dont il avait toujours rêvé et son mécontentement avait été palpable lorsque le jeune homme avait cessé de suivre ses cours. Mais s'opposer à sa femme qui souhaitait juste faire de An, une parfaite épouse artificielle, il n'en avait pas eu le courage. Ah le mariage... D'ailleurs le mariage, en voilà un sujet épineux. An avait beau donner l'impression qu'il voulait parfois que Niko fasse sa vie, c'était tout ce qu'il y avait de plus faux. Il ne se gênait pas pour critiquer certaines jeunes femmes et surveillait les croqueuses d'homme avec un regard mauvais. Le russe avait besoin de sincère et qui prenne soin de lui.

Pas d'une femme qui signait pour un troisième comme si cela était un jeu. Parfois, il se demandait comment les enfants de son grand-frère l'appellerait. Tante An ? Oncle An ? Tonton ? Dire qu'il détestait cette expression, ils n'avaient pas intérêt à en faire usage. Si l'homme avait des enfants, le plus jeune songeait qu'il pourrait jouer avec eux, les garder le soir. Pour sa part, il ne risquerait pas d'en avoir, ce qui lui avait valu une certaine méprise de la part de sa tante qui le voyait simplement comme une erreur. Un garçon qui ne s'habillait comme une fille et y ressemblait un peu trop, tout en étant incapable de donner la vie. La Nature avait du se tromper au moment de sa création.

« - NI-KO ! C'est juste un mec qui aide un de nos profs, j'ai pas l'intention de lui draguer, de l'inviter à sortir ou je ne sais quoi. En plus, on serait beaucoup trop sur le coup et je suis sur qu'il est hétéro. »

Faussement déçu, Il roula des yeux. Aucun commentaire sur son assoupissement. Tant mieux mais qu'il ne dise rien sur l'assistant l'aurait étonné. An avait encore jamais ramené personne à la maison juste pour éviter à un garçon de subir un interrogatoire. En réalité, l'asiatique n'avait trouvé personne avec qu'il envisageait une relation sérieuse. Si l'envie de stabilité le prenait et que son petit ami avait la même envie, le petit brun le présenterait sans hésiter au russe. Mais une passade ne méritait pas qu'on s'attarde dessus. Un certain nombre de gaijin se laissait prendre aux charmes asiatiques. Il fallait dire qu'avec sa petite taille et sa silhouette menue, une aura de fragilité se dégageait de lui. Rajoutez l'adorable accent et le sourire innocent et vous compreniez la raison des pourboires qu'il se faisait. Bien sur, il en jouait. À tort ou à raison. Oui, il aurait pu demander de l'aider au russe, encore une fois. Mais chez les Sukieko, on grandissait avec sa fierté et son indépendance. Choses qui étaient essentiellement mises dans la tête des filles. Jugé comme indéterminable, An n'y avait donc pas échappé. Il valait mieux prévenir que guérir. Tout peut servir dans la vie et le petit brun faisait bon usage de ce qu'il avait appris. Une moue indignée se dessina sur les lèvres du plus jeune qui finit par lancer en riant.

« - Ça veut dire quoi ça, hein hein ? Et tu vas quand chez Macy's ? Pas pendant ta pause déjeuner, j'espère. T'as intérêt à manger correctement ! Enfin je veux bien y aller, je suis curieux de voir comment elle est ! »

Dans sa bulle affichant un large sourire, le petit brun marchait tranquillement. Il aurait en uniforme féminin entrain de souffler ''sempai'' ou ''sunbae'' que personne n'aurait trouvé cela étonnant. Les lèvres d'An bougeaient alors qu'il murmurait des paroles inaudibles. Les paroles d'une chanson qu'il avait entendu ce matin. Il écoutait d'ailleurs tout le temps Big B Radio. Cette radio japonaise lui permettait de garder un lien avec son pays. Sa plus grande peur restait de finir déraciné, de perdre l'usage de sa lange, de devenir étranger à son propre pays. Fier de ses origines ? Sans aucun doute. Bien sur, certains réflexions l'agaçaient au plus au point mais dans l'ensemble, il ne remettait jamais un occidental à sa place. Son regard persistait à s'accrocher à la silhouette de l'homme. Aucune éducation ? Mais non, il s'agissait juste de curiosité. Peut-être avait-il aussi oublié ce qui signifiait être gêné par les regards des autres. An décocha un sourire à l'homme comme pour présenter ses excuses et détourna la tête aux parole de Niko.

« - Je suis très sérieux. Bon tu n'es pas très showbiz mais l'âge est une fausse excuse. Mais tu vas pas faire flic à vie, hein ? »

Les yeux sombres le dévisagèrent ne croyant pas à cette possibilité. De toute façon, il finirait par le convaincre quitte à regarder les propositions d'emploi à sa place et à envoyer son cv. Le russe n'avait pas besoin de parler pour que le japonais sente certaines choses. Ce qu'il ressentait présentement, c'était qu'il continuait à faire flic parce qu'il fallait bien payer les factures et manger mais cela s'arrêtait là. Qui plus est son intégrité ne correspondait peut-être pas à cette ville. La foule les entourait lentement et les doigts du japonais serrèrent un peu plus les siens. Mais non, il n'allait pas le perdre. Seulement on ne savait jamais. Esquivant les gens, An regarda le bâtiment. Tellement grand qu'il pouvait sûrement occuper les gens pendant une journée entière. Des fois, il y allait avec des camarades de fac. Ils erraient, essayaient, commentaient sous l'oeil agacé des vendeuses qui espéraient qu'ils achètent.

« - Je cherche Vague answers de Cube juice. Je sais pas si on peut trouver ça ici. Sinon je demanderais à mon oncle de me l'envoyer quand il retournera au Japon... »

Toute son enfance avait été bercée par le shamisen. Un peu d'enka aussi. En grandissant, il avait élargi ses horizons et écoutait dorénavant de tout. Sa bibliothèque comportait des groupes ou des albums aux titres surprenants ou improbables. Souvent, on lui empruntait des disques par curiosité. Ou alors quand il s'agissait de groupes nippons, il entendait souvent ''franchement, je vois pas pourquoi tu écoutes ça.''. Il évitait de laisser ses cds passés en présence de Niko. Par respect pour ses goûts. Il n'avait pas forcément envie d'écouter la même chose que lui. Mais le silence reprenait ses droits dans ces moments-là.

« - Je mange à la maison, je mange ! Des pâtes ? Un truc pas trop compliqué ? Si tu fais un truc simple, on pourrait sortir dans la soirée ? Sauf si tu es trop fatigué, on pourrait se regarder un film, sinon ? »

La présence d'An avait un caractère aléatoire mais pour dîner avec son cousin, il était prêt à repousser n'importe quel dîner. Une fois, il avait même annulé un rendez-vous galant en cachette pour rester avec Niko. An emprunta le chemin pour se rendre au rayon de habillement femme. Certaines clientes lui lançaient un regard désespéré. Mademoiselle, vous devriez avoir plus de tenue. Elle ne pouvait pas avoir l'air plus féminine au lieu d'arborer un genre un peu grunge ? Voilà ce que l'asiatique avait l'impression d'entendre derrière les sourires.
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Sam 6 Juin - 23:47



Sûr qu’il soit hétérosexuel ? On n’était jamais sûr avant d’avoir essayé. Lui aussi était convaincu d’en être un, pour finalement tourner bisexuel. Pourtant, il ne sortait plus avec aucun homme. Par manque de confiance sûrement, et puis il n’avait pas besoin d’histoires d’un soir, ce qui était souvent le cas dans la communauté gay. Après, avait-il vraiment le courage de se stabiliser avec quelqu’un, que ce soit un homme ou une femme ? Non… Non, probablement pas. Ces deux dernières années étaient passées à une vitesse impressionnante. Tout semblait irréel pour lui, comme s’il vivait dans un long rêve. Cela n’était pas désagréable, au contraire. Il était dans sa bulle la plupart du temps, entouré de gens qu’il aimait ou bien appréciait. Inhérent au reste. A présent, il ne prenait plus de médicaments pour sa dépression. Il s’était rétablit, avec du mal. Le monde extérieur avait été difficile à affronter. Mais il était toujours là, toujours vivant. Le jour où il s’était pris cette fameuse balle, ce jour dont plus personne ne voulait parler, pas même lui… Le monde avait été si silencieux. Sa vue s’était brouillé. Il Le voyait crier, sans l’entendre. Secouant la tête, l’inspecteur de police se pencha davantage sur son cousin. Il aurait voulu qu’il trouve quelqu’un qui lui conviendrait, qui prendrait soin de lui, comme lui le faisait en ce moment. Son bonheur était tout ce qu’il espérait. Couper le cordon ombilical ne serait évidemment pas une chose aisée, mais il serait prêt à le faire en temps voulu.

- Et moi je suis sûr que tu as toutes tes chances ! Pourquoi pas hein ?

Niko, à vrai dire, n’avait aucune idée du genre de personnes que fréquentait An. Il les avait vu quelques fois de loin, et posait simplement un regard bienveillant sur eux, ne cherchant pas à les juger, ou les évaluer. Ils avaient l’air d’être gentils, et il n’y avait pas souvent de problème avec eux, ou alors l’asiatique ne lui en parlait pas. Par contre, une conquête qui pourrait possiblement devenir plus qu’une conquête… C’était une toute autre affaire. Mais il était certain que son frère de cœur finirait par trouver la personne faite pour lui. Et ce jour-là, Nikolaï ignorerait sa tristesse car il serait envahi par un sentiment de bonheur. Serait-il considéré comme un beau frère à ce moment-là ? Ce fut au tour du russe de faire la moue.

- Mais non. De toute manière pendant la pause-déjeuner, j’ai tout juste le temps d’avaler ce que j’ai préparé avant de reprendre le boulot. Mais du coup, je pars plus tôt !

Et puis, il fallait dire qu’ils n’avaient pas besoin de son aide au poste de police. Ou plutôt, ils n’en voulaient pas. Et Nikolaï pouvait ainsi finir son service plus tôt. Durant son temps libre, il allait donc parfois flâner du côté des boutiques pour s’acheter quelque chose, n’importe quoi. Cela lui faisait passer le temps, le détendait surtout. Il n’aimait pas être seul à l’appartement, tandis que plongé dans la foule, il se sentait mieux. Davantage en sécurité surtout. Et pourtant, il ne souhaitait pas approcher d’autres gens, pas même ses collègues au bureau. Assez contradictoire le flic, mh ? Ainsi, avoir An a ses côtés l’aidait vraiment à reprendre pied avec la réalité. Sa vie était si floue en ce moment, sans but ni réelle envie. Vivre pour quelqu’un donnait vraiment un sens à présent à sa vie. Se lever le matin pour faire à manger, porter de petites attentions à la personne aimée… Quoi de mieux ?

- Je ne me vois vraiment pas dans ce genre de métier tu sais… Je ne serais pas à l’aise devant la caméra. Et non, je ne pense pas faire flic à vie…

Demande muette implicite ? Le brun n’était pas indifférent à l’inquiétude d’An. Lui-même souhaitait arrêter ce métier à vrai dire. Chaque jour qui passait l’ennuyait au poste de police. Il ne faisait rien de bien intéressant, et la raison qui l’avait conduite jusqu’à ce métier s’effritait de jour en jour. Jamais il ne retrouverait le meurtrier de sa chère cousine. Vera. Jetant un coup d’œil au brun, il se demanda un instant s’il ne cherchait pas à raviver l’image de la petite russe en An. Non… Tous deux étaient bien différents, et il aimait l’asiatique comme il était, pour ses innombrables qualités, et ses quelques défauts.

- Vague Answers ? Je connais pas du tout… Mais le titre de l’album est très accrocheur en tout cas. C’est quel genre de musique ? Et c’est vrai que ton oncle est là ! Il rentre quand ?

Le russe n’avait encore jamais rencontré un membre de la famille d’An. Il fallait dire que ni l’un ni l’autre ne parlait de leur famille respective, bien que tous deux soient reliés par le sang. Cousins éloignés, voilà ce qu’ils étaient en réalité, et on avait beau les regarder sous tous les angles, ils ne se ressemblaient pas. Un jour peut-être lui montrerait-il l’album de famille qu’il gardait chez lui, dans un coin de leur bibliothèque, mais seulement si cela l’intéressait vraiment. A présent, il pénétrait dans le grand complexe qu’était Macy’s, guidant le plus jeune jusqu’au troisième étage, là où il se rappelait avoir vu la fameuse robe. Il n’était pas très doué pour choisir les vêtements, mais faisait des efforts. C’était l’une des raisons pour laquelle il ne s’achetait que rarement de nouveaux habits.

- Mmh, des pâtes. Pourquoi pas. Tu préfères quelle sauce ? Carbonara ? Bolognaise ? Pesto ? Et non ne t’en fais pas, je suis en pleine forme aujourd’hui ! On peut aller au cinéma sinon, et boire un verre après ou avant.

Arrivant dans le rayon femme, il guida le plus jeune jusqu’à la robe qu’il pouvait apercevoir au loin, si c’était bien elle. La robe arrivait vraisemblablement à mi-cuisse, était en soie, blanche avec des motifs dessus de fleurs aux couleurs bleus. Le tout en étant très évasé, ce qui donnait un côté frais et jeune. Regardant les tailles, il en attrape une qui semblait correspondre à la corpulence du jeune homme. Un sourire aux lèvres il la lui tendit, l’air de demander « Elle te plait ? ». Malgré le prix coûteux de la robe, il était prêt à la lui acheter, si cela lui faisait plaisir. Rien n’était trop bien pour son petit An.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mar 16 Juin - 21:48

‹ Hybrid


Chance ou pas An considérait que sa vie sentimentale était une succession d'échecs cuisant qui l'avait fait grandir. Et devenir lui-même très exigeant. On ne pourrait plus l'avoir à coup de beaux discours et cadeaux faussement attentionnés. Le potentiel chance, il en avait jamais eu. Ses parents avaient du utiliser tous ses points alors qu'il était enfant. La suite fut un échange qui rassura le plus jeune. Le russe mangeait correctement et surtout, il ne pensait pas rester dans la police. S'il avait dit le contraire, l'asiatique aurait tout fait pour l'en dissuader. Quitte à employer des stratagèmes peu recommandables. Très peu de personnes connaissait cette facette du petit brun. On l'imaginait comme un chiot jappeur. Plus bruyant que dangereux. Pourtant lorsqu'il le décidait, il était capable de l'inimaginable. Il possédait un détachement à tout épreuve qui donnait naissance à des idées bien farfelues. Bien sur qu'il aurait été prêt à embaucher un homme pour effrayer son grand frère et le forcer ainsi à quitter les forces de l'ordre. Mais chut, c'est un secret. Il y a des petits trucs dont on ne se vante pas.

Tout en se laissant porter au bon étage par l'escalator, ils discutaient mais l'esprit d'An était ailleurs et les questions posées restèrent sans réponse. Une petite voix martelait des ordres. Lui ordonnait de parler maintenant ou jamais. Un énorme secret pesait sur ses épaules. Une décision qui finirait par lui faire du mal s'il n'en parlait pas. Quelque chose de plus important qu'un membre de sa famille. Pourtant son oncle lui avait demandé de nombreuses fois de lui présenter Niko trouvant leur proximité des plus louches. Le japonais lui avait expliqué maintes fois qu'il se trompait tout simplement sur la nature de leur relation. Qui était, on ne peut plus clair dans la tête du jeune homme. Pour sa part, il n'avait jamais suggéré à l'homme de lui présenter sa famille. Chacun vivait avec une part de douleur liée à elle et ce n'était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Le rayon des vêtements féminins se dessina devant eux et une sorte d'excitation se mit à bouillonner en lui. Un plaisir qu'il n'avait pas quand il se plongeait dans le rayon homme. Sauf si c'était pour acheter un cadeau. Mais pour lui, rien, nada. Malgré la nourriture qu'il avait abordé, le jeune homme restait encore au bord du chemin. Il fallait qu'il parle mais peut-être pas ici. Il ne savait pas réellement. Silencieusement, il le suivit jusqu'à la robe.

Simple mais sublime. Tout à fait, le genre de robe qu'il aurait adoré porter tout le temps. Les yeux écarquillés songeant au prix du vêtements, An resta comme figé. Bien sur, qu'elle lui plaisait mais avec son absence de poitrine, est-ce qu'il pourrait la porter réellement ? Son corps, il le détestait. D'ailleurs, ce n'était pas même son corps. Non, Dame Nature lui avait tout simplement donné ce qu'il restait et malheureusement, ce n'était pas le bon contenant. Ses paupières se fermèrent alors qu'une vendeuse les observaient ne sachant si elle devait proposer son aide ou non. Il ouvrit lentement les yeux après avoir pris une grande inspiration et les planta dans ceux de son grand frère.

« - Niko, j'y pense depuis un moment. Sérieusement. Je vais me faire opérer. C'est une décision importante pour moi et je vais sauter ce pas.. »

Identique à un saut en parachute. Tout s'était passé tellement vite qu'An craignait avoir fait une bêtise. Pourtant cela lui faisait un bien fou. Il avait déjà cherché une clinique mais pas aux Etats-Unis et le plus gros des formalités était réglé. Son choix s'était portée sur une clinique coréenne réputée. Bon nombre de ses patients avait réussi la transition entre les deux sans problème et vivait épanoui. L'asiatique les enviait. Il voulait se débarrasser de cette enveloppe qui l'étouffait, causait chaque jour un peu plus son mal être et son envie de disparaître. Il avait beau donner l'impression de s'accepter, cela n'était qu'un masque parmi tant d'autres. Ses yeux se baissèrent alors qu'il réalisait ses propos nullement anodins.

« - Je vais être ta petite soeur... Et plus un petit frère. »

On ne change pas par envie mais par besoin. Après 21 ans à vivre du mauvais côté, il voulait juste avoir droit à une seconde chance dans la vie. Multipliez les petits boulots et les gros pourboires avaient été une nécessité pour réaliser ce projet. Resté secret jusqu'à aujourd'hui. L'asiatique savait que c'était comme lancé une bombe. Que les choses changeraient sans doute avec l'absence de son ambiguïté physique. Mais qu'avait-il à perdre ? Rien. Un futur meilleur l'attendrait lorsqu'il se retrouverait en possession de sa nouvelle enveloppe. Peut-être même que sa grand-mère l'accepterait enfin. Il pourrait se marier et vivre la vie dont il rêvait. Comme si toutes les questions précédentes ressurgissaient, An souffla rapidement.

« - Quant à mon oncle, il voudrait te voir... Vu que je vis avec toi et que je lui ai souvent parlé de toi. C'est un peu comme mon second père... » Un faible sourire apparut sur ses lèvres. « Mais en mieux... Pour les pâtes, je préfère le pesto ! »

Inspire. Expire. Ses yeux sombres suppliaient Niko de ne pas être fâché contre lui. Il avait voulu lui en parler en avant mais ce n'était pas évident. Trouver les bons mots, la bonne approche, parler argent, de comment il se débrouillerait là-bas. Car pour le moment, il envisageait de partir seul.
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Lun 31 Aoû - 4:50



La robe. Elle était là. Se tournant vers An, le jeune russe se demandait la raison de son silence soudain. Peut-être que le jeune asiatique ne l’aimait pas ? Etait-ce un problème au niveau de la poitrine ? Pourtant, cette dernière ne mettait pas spécialement en avant cette partie-là de son corps, d’où son choix sur cette dernière. Perplexe, inquiet, il se passa la main sur la nuque brièvement, songeant déjà à s’excuser d’avoir mal choisi. Il était vrai qu’il n’était pas doué pour choisir des vêtements parfois, et n’ayant jamais eu vraiment de petite sœur, il n’était pas toujours sûr d’agir de la meilleure façon. Il faisait comme il le sentait, et jusqu’à maintenant, cela avait marché. L’air plus renfrogné, mains dans les poches, il allait ouvrir la bouche mais fut interrompu par An qui avait à présent pris la parole. Et ce qu’il dit le surprit assez pour rester la bouche ouverte un moment.

- …

La nouvelle eut l’effet d’une bombe. Il ne s’y attendait pas. Du moins, pas là, en plein centre commercial. Pas comme ça. Pas si soudainement, sans préparation sur le terrain. C’était si inattendu. Mais y avait-il seulement un bon moment pour annoncer ce genre de décision ? Il n’en savait pas, ne pouvait pas réfléchir à ça pour le moment. Son cerveau s’était à présent bloqué sur ces quelques mots. An continua à parler pendant un moment, mentionnant son oncle, pour finir sur les pâtes. Etait-ce pour divertir son attention ou bien détendre l’atmosphère ? Cette dernière n’était pas tendue, loin de là, mais la surprise n’était pas encore passée. Pensant finalement à refermer la bouche, Nikolaï se reprit et secoua la tête, comme pour se réveiller. Ses yeux s’étaient écarquillés à la surprise. Il ne savait quoi dire. Tout était si soudain. Des milliers de questions le prenaient à présent. Regardant An un instant, il détourna le regard pour fixer la robe. C’était si… Et puis… Quand ? Et quoi ? Le brun ne lui en avait jamais parlé auparavant, mais tout avait été déjà décidé et peut-être même préparé. Sans qu’il le sache. Le choc était encore loin d’être passé.

- Mais… pourquoi ne m’en as-tu pas parlé… avant ?

Il savait qu’An n’était pas bien dans son corps d’homme, que ce n’était pas une crise d’identité stupide mais un réel mal-être qui le rongeait intérieurement. Lui-même avait pensé à une possible opération pour qu’il change de sexe, mais jamais sérieusement. Du moins pas assez sérieusement. Il s’y était intéressé à une époque, mais ne savait pas exactement si c’était ce que son petit frère désirait réellement. Ce n’était pas un sujet si facile à aborder, même pour deux personnes aussi proches qu’ils l’étaient. Et la preuve était là. An ne lui en avait soufflé mot jusqu’à aujourd’hui. Toujours sonné, le russe se passa la main dans les cheveux, les ébouriffant au passage. Du coin de l’œil, il pouvait voir une vendeuse les regarder d’un air curieux, se demandant probablement ce qu’il se passait entre eux deux. Posant une main sur l’épaule d’An, il commença à l’entraîner à l’extérieur du magasin.

- Sortons d’ici déjà.

Se sentait-il trahit par ce manque de confidence ? Non, évidemment que non. Certes, un peu déçu, il aurait aimé être là pour les démarches, qu’on lui explique mieux tout cela, les changements opérés, les possibles problèmes, s’il y avait des conséquences. L’inquiétude envahissait à présent. Conduisant An vers un banc, il l’y invita à s’asseoir avant de s’installer lourdement. Essayant d’être détendu le plus possible pour ne pas affoler le plus jeune, il décida de prendre cette information sans se précipiter et sauter aux conclusions. Cette démarche, il pouvait la comprendre. Il se demandait juste comment… oui, comment il n’avait pas pu voir que le brun voulait à ce point changer. Et quelque part, il s’en voulait à vrai dire.

- Je… C’est vraiment soudain tu sais. Tu y penses depuis combien de temps ? Et tu es sûr ? Enfin, oui, tu y as sûrement déjà beaucoup réfléchi et… enfin… Ce que je veux dire c’est que… je suis inquiet, enfin ce genre d’opération, c’est sans risque ? Et puis…

Raclement de gorge. Rarement l’inspecteur était si perdu avec ses propres mots. Mais s’il était si chamboulé, cela était bien parce qu’An était quelqu’un de très important pour lui, quelqu’un de cher, à qui il tenait plus que tout. Les mains liés, ils se tripotaient les doigts, nerveusement. Et si l’opération tournait mal ? Et si finalement, ce n’était pas ce dont An avait vraiment besoin ? Et si ce dernier regrettait son choix ? Tant de questions le tourmentaient. Il avait besoin d’être rassuré sur tout cela.

- Excuse-moi, c’est si… Mais… Je pense que c’est une bonne chose pour toi, si tu le veux vraiment… Et… et je suis tout à fait d’accord. Ce qui compte surtout, c’est ce que tu ressens, et si tu penses que c’est la meilleure chose à faire pour toi, alors je suis avec toi. Et ça ne change rien pour moi, enfin je vais avoir besoin d’un peu de temps pour m’adapter mais… t’avoir comme petite sœur, c’est… c’est super.

Attrapant la main d’An, il la serra avec fermeté. Oui, cela ne changeait rien, et c’était pour son bien. Il était déjà à moitié habitué à avoir une sœur quand ce dernier s’habillait avec sa garde-robe féminine, alors changer de sexe, ça n’allait pas faire de grands changements. Bien sûr, l’asiatique se sentirait probablement mieux dans cette nouvelle peau, en tout cas Niko, lui, l’espérait, mais cela semblait… juste. Oui, cela semblait juste, sonnait juste. Il n’avait pas de mal à s’imaginer An en fille, au contraire. Ayant pourtant toujours du mal à y croire, il ne savait pas trop quelle émotion montrer. Du bonheur ? De l’anxiété ? De l’inquiétude ? Tout cela mélangé à la fois ? Car Nikolaï était une vraie boule d’émotions en ce moment-même. Se reprenant, il continua à serrer sa main dans la sienne.

- Et c’est ok pour ton oncle. Et pâtes au pesto, c’est parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Lun 31 Aoû - 14:50



Le silence. Une bouffée d'angoisse l'étrangla brusquement. Ses lèvres dessinaient un sourire faible alors que ses yeux caressaient le contour de la robe. Presque perdus. Il avait abordé le sujet trop abruptement. Il aurait du lui en parler à la maison. Ses paupières se baissèrent. Dis quelque chose, s'il te plait. Cependant il avait conscience que ce genre d'informations demandait d'être digérée. Malgré son hésitation, le petit brun tourna faiblement la tête observant le russe, la bouche ouverte. Le japonais se surprit à s'interroger sur les réactions de son grand frère au travail. Une sorte de malaise demeurait et lentement, An s'écarta un peu de la robe. Sa main vint se poser sur le bras de Niko. Qu'est-ce qu'il y a ? Il n'osait pas parler craignant d'avoir fait suffisamment de dégâts. Pas la peine d'en rajouter, n'est-ce pas ? Sa main se glissa dans ses cheveux sombres alors qu'il songeait à ce qu'il venait de dire. Et si l'homme avait été surpris mais dans le mauvais sens. Impossible, le russe était quelqu'un d'ouvert et de compréhensif. L'attente de quelques mots s'installa. An savait qu'il y en aurait et la première se fit entendre. Et elle ne l'étonna pas. Pourquoi ? Bonne question. Ce fardeau, ses interrogations, il les avait toujours trainés seul. Sans avoir le courage de partager par peur d'être jugé. Parce que les gens avaient le jugement facile même vis-à-vis d'une situation qu'ils ne comprenaient pas. Mais ce n'était pas la raison d'An.

« - Parce... que tu m'accepteras même en fille... »

Cela pouvait paraître léger comme raison et pourtant, c'était le facteur déterminant. An savait qu'il serait plus facilement accepté en fille même au sein de sa famille. Quant à Nikolaï, le petit brun le voyait comme davantage à l'âme des gens qu'à leur enveloppe. Les inquiétudes s'étaient donc rapidement enveloppées. Derrière tout cela, il y avait aussi autre chose. La peine que le russe avait eu. L'asiatique n'avait pas voulu être une sorte de poids. Il avait eu besoin de montrer qu'il pouvait être aussi fort et prendre des décisions importantes. Pour se prouver en partie qu'il en était capable. Qu'il savait ce qu'il voulait. Mais An se sentait prêt à tout lui expliquer s'il le souhaitait. Les démarches, les modifications de son corps. Le choix de la clinique même. En silence, il le suivit hors du centre commercial. Dehors, il s'étira puis suivit son grand frère jusqu'au banc, s'y installant à son tour. Son esprit se fixa sur les mots prononcés. De la confusion se reflétait dans ses paroles mais An trouvait cela normal. Avait-il fait une erreur ? De ne pas en parler avant ? Probablement. Oh que oui, il y pensait depuis longtemps. Depuis qu'il avait compris qu'il n'y avait pas d'autre solution pour vivre. Pour être bien dans sa peau et ne pas avoir l'impression d'être dans celui d'un autre. Il aurait tellement avoir le sien. Elle avait eu ce que la Nature n'avait pas daigné lui offrir. Cette nuit-là, elle avait baigné dans une mare de sang. Juste pour cette raison. Elle était morte pour être née fille. Vengeance. Coup du sort. Conspiration familiale. Un voile sombre glissa sur son visage. Ses paupières battirent. Son visage se pencha sur le côté.

« - Depuis un an... »
Un sourire confiant se dessina sur ses lèvres. « Tu sais, il y a beaucoup de gens qui se font opérer et il n'y a pas de problèmes. Je pense que s'il y en avait un, cela serait plus psychologique... Mais je veux le faire parce que j'en ai besoin pour être moi. Ce n'est pas comme si je le faisais pour quelqu'un. »

Sa voix était rassurante, calme. Pas de doute que son choix avait été mûrement réfléchi. Le faire pour un autre aurait été la pire des choses. An savait qu'il avait été capable de faire des choses stupides par amour ou plutôt par besoin d'être aimé mais c'était du passé. Même si le passé pouvait avoir des répercussions sur le présent. Il souhaitait éloigner la douleur, les longues heures à pleurer, à se sentir coupable d'être ce qui n'était pas. Ce poids sur ses épaules, sa conscience d'être, l'écrasaient petit à petit. Un jour, il suffoquerait à nouveau. Il le savait. Trois fois, l'échec. Mais la quatrième serait sûrement la bonne. Impalpable désespoir. La dernière carte était abattue et si elle échouait, elle aussi alors An avait déjà pris sa décision pour s'échapper de son carcan. Quitte à créer de la peine autour de lui, il délaisserait son enveloppe corporelle et rejoindrait les étoiles. C'était la promesse qu'il s'était faite. Une réalité indicible. Je préfère mourir que de vivre encore 20 ans dans cette souffrance. Ce genre de propos aurait davantage assommer Niko. Raison pour laquelle il était incapable de quitter ce monde. Non, il ne pourrait partir en paix que lorsque le russe aurait rencontré quelqu'un. Qu'il soit heureux. L'asiatique n'avait jamais eu peur de la mort, de devoir l'affronter mais depuis qu'il avait rencontré son grand frère. Cela avait changé. Il avait peur de ce qu'il laissait derrière lui. L'égoïsme l'effrayait. Sans doute parce qu'il n'avait jamais eu le sentiment de réellement compter pour quelqu'un. Partir sans être attendu, partir sans sentiments, partir sans retenue. Partir en étant seul.

Ses lèvres dessinèrent un sourire rassurant. Il n'était plus seul. Sentir la main de Niko serrer la sienne lui rappelait cela. Rien que cela lui permettait d'espérer des jours meilleurs et le jour où il pourrait hurler : Je suis moi. S'adapter ? An réprima un rire. L'asiatique avait le sentiment que le policier se compliquait la vie. Après tout, qu'est-ce qui allait changer ? A part le renouvellement total de sa garde-robe et l'augmentation du nombre de rencontres ? Niko le voyait souvent habillé en fille ou même maquillé. Il se pencha et déposa un baiser sur sa joue. Sa tête vint se poser sur son épaule. Ses yeux se fermèrent alors qu'il écoutait les bruits qui les entouraient. Le russe ne le savait pas mais c'était lui qui lui avait donné la force d'avancer. Ouvrant les yeux, il se redressa et planta ses prunelles amusées dans les siennes. Il fallait prendre les choses avec plus de légèreté. Voir différemment. Au fond, An était déjà sa petite soeur, il lui manquait juste certains attributs.

« - Tu sais, ça ne changera pas grand chose à part qu'il y aura des petites culottes et des soutien-gorges dans la machine à laver ! »

Ce qui était vrai, non ? An ne pensait pas que cela serait difficile d'une façon ou d'une autre. Ils vivraient comme ils l'avaient toujours fait. Peut-être qu'il y aurait un peu plus d'hommes dans la vie d'An – et encore, il n'y croyait pas trop – et le russe devrait surveiller ses fréquentations. Hochant simplement la tête au sujet des pâtes et de son oncle, il plissa les yeux. Les hommes hein... Comment cela se passerait avec eux ? Il n'avait pas l'intention de crier son transsexualisme sur les toits, une fois l'opération faite. Il serait juste une fille. Vierge. Et comment gérer cela ? Comment sa première fois se passerait si elle rencontrait quelqu'un ?

« - Niko, si... » An toussota et baissa les yeux, un peu gêné « je rencontre quelqu'un, c'est mieux que le garçon soit doux la première fois, non ? Je ne vais pas avoir l'air ridicule, si j'ai un peu peur ? »

Retour à l'adolescence. Voilà ce qu'il avait l'impression de vivre. Mais son expérience avec la gente féminine étant de l'ordre de 0, il fallait bien se renseigner. Un autre point le troublait. Il avait toujours été attiré par les hommes. Né garçon, il était donc considéré comme homosexuel. Après le changement de sexe, son orientation ne changerait nullement, alors il serait hétérosexuel. An passa une main dans ses cheveux considérant à quel point, les appellations étaient ridicules. Il valait mieux ne pas y penser. La fin de ce lui qui le tourmentait serait la naissance de ce qu'il était.

R.I.P Yumeko.
Thank for your death.
You saved my life.
And you know exactly why.
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Lun 31 Aoû - 15:59


Accepter An en tant que fille n’était pas un gros problème. Peut-être que le russe était trop léger avec ce genre de changement, mais qu’y avait-il à en redire ? Il se compliquait certainement trop l’esprit. Mais dire que son frère de cœur, bientôt sœur de cœur, avait déjà entrepris tout ce genre de démarche sans lui, sans son soutien, c’était… étrange, et en un sens bon. L’asiatique était donc capable de prendre soin de lui, d’être indépendant. Nikolaï s’était toujours demandé ce qu’il adviendrait d’An si un autre incident lui arrivait, et il savait à présent que le jeune homme s’en sortirait, avec du mal mais qu’il surmonterait cette épreuve. Il avait toujours pris soin du plus jeune, lui avait procuré tendresse et amour, ainsi que de l’aide quand il en avait besoin. Et pour l’opération, il ferait de même. Et après, et même des années plus tard. Le russe était le genre d’homme qui n’abandonnait pas ses êtres chers et qui les suivait jusqu’au bout, même dans l’adversité. Se grattant la nuque de nouveau, il finit par poser sa main sagement sur son genou, écoutant An lui en expliquer un peu plus à propos de l’opération. Son autre main, elle, refusait pour le moment de lâcher celle du plus jeune.

- D’accord… Et où comptes-tu te faire opérer ? Tu as déjà tout prévu ? C’est une bonne clinique ? Ils te suivent après ? C’est douloureux ? Est-ce que tu veux que je vienne avec toi ? Je peux demander un congé, ou même après l’opération si tu veux.

Se forçant à arrêter son flot de paroles, Niko se racla la gorge. Il s’emportait un peu mais il avait tant de questions à présent à lui poser, pour se rassurer lui que tout se passerait bien. Aujourd’hui, on entendait très peu parler de transsexualité même si cette dernière semblait être acceptée de plus en plus, petit à petit. Le processus était lent, on ne changeait pas les mœurs, les mentalités aussi facilement, mais lui comprenait que c’était parfois une chose nécessaire. Et il ne doutait pas un instant qu’An serait plus épanouie après être devenue une fille. Une vraie. De plus, il pourrait à présent lui offrir des vêtements féminins comme il le souhaitait, sans se tracasser la tête sur le fait que le jeune homme n’ait pas de poitrine. C’était… tout bonnement génial. Evidemment, le russe était loin de se douter de la profondeur de la torture psychologique qu’An subissait chaque jour dans son enveloppe actuelle, mais il était heureux. Pour lui. Pour son avenir.

Glissant un bras autour d’An qui s’était à présent posé contre lui, il embrassa sa tempe. Ses joues prirent une légère teinte rouge aux paroles du petit brun. Des sous-vêtements… féminins… dans la machine à laver. Il n’était pas sûr de vouloir savoir ce que l’asiatique porterait sous ses vêtements après cela, ou plutôt serait gêné. Ce n’étaient que des soutiens-gorges et des culottes, mais tout de même. Enfin, c’était son frère, alors il s’y habituerait bien vite, tant qu’il ne commençait pas à trouver des strings ou des porte-jarretelles dans le panier à linge sale. Une question lui prit soudain. Stupide, mais élémentaire.


- Tu… hum. Tu as déjà choisi pour… enfin… au niveau de la poitrine… la taille, je veux dire… Pas que ça m’intéresse dans ce sens-là mais juste par curiosité !

Cela était étrange pour lui de parler de cela mais il voulait à présent tout savoir, jusqu’au moindre détail, ou presque. Il fallait dire que ce genre d’opération lui était inconnu, et il aimerait bien d’ailleurs parler avec le docteur qui suivait An, s’il y en avait un. Bien sûr, l’asiatique pouvait répondre à toutes ses questions, mais c’était juste cette manie d’être absolument sûr à 100% que tout se passerait bien. Il ne voulait pas que quelque chose déraille, c’était une étape si importante dans la vie de quelqu’un. La question d’An le prit de court par contre. C’était normal de se poser ce genre de questions, mais il était plutôt surpris. An n’avait vraiment jamais été avec une personne du sexe opposée. Légèrement embarrassé par la question, il n’allait pourtant pas se défiler. C’était son rôle de grand frère de répondre à ces questionnements.

- Eh bien… Je ne sais pas trop, comment ça va être avec l’opération, enfin après… Mais si c’est la même chose, il vaut mieux que le garçon soit doux la première fois, en effet… Sinon, cela fait un peu mal, enfin ça dépend. Certaines ne ressentent même pas la douleur, d’autres oui.

Nikolaï n’était pas vraiment le mieux placé pour savoir à quel point cela faisait mal ou non, mais il était à peu près informé pour ce genre de choses. Il y avait également des risques de saignements parfois, mais il ne préféra pas mentionner cela immédiatement. Après tout, il ne savait absolument pas comment allait être remplacé cette partie du corps d’An, s’il y aurait tout de même de légères différences ou bien… Dire que l’asiatique allait être une jeune fille vierge, dans la fleur de l’âge. Cela alimentait d’autant plus son côté protecteur. Il allait devoir surveiller de plus près les garçons qu’allait fréquenter la future jeune fille.

- Et non, tu n’auras pas l’air ridicule… C’est normal d’avoir peur, et d’être anxieux. Choisis juste bien la personne, enfin comme toujours en somme. Ne pas prendre n’importe qui. D’ailleurs… tu as ta chance maintenant avec l’assistant super mignon non ?

Un sourire finit par flotter sur ses lèvres. An allait être libre de choisir qui il était, libre de choisir qui il désirait fréquenter. Ce devait être délivrant pour lui. Enserrant un peu plus le jeune homme entre ses bras, il se demanda quand allait être l’opération, et avait à présent hâte que cette dernière soit passée.

- Et si on allait acheter cette robe maintenant, mh ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mar 1 Sep - 2:09



La suite des questions arriva et An eut le sentiment de ne plus savoir où donner de la tête. Il n'aurait jamais pensé que le russe aurait eu autant de questions. En même temps, n'était-ce pas normal ? Venant de sa part oui. Mais cela n'agaçait pas le petit brun. Avant de répondre, il prit le temps de réfléchir, se remémorant au passage tout ce qu'on lui avait dit. Si Niko lui avait demandé autant d'explications à la maison, il n'aurait eu qu'à lui donner le dossier avec toutes les consignes à suivre. Moralité, il fallait toujours moins parler des problèmes personnels à la maison.

« - À Séoul, j'ai pris contact avec une clinique que l'on m'a recommandé. C'est une excellente clinique et ils font aussi de la chirurgie esthétique. Chez eux, le chirurgien et un psy suivent l'opération. Je pense que tout se passera bien. Peut-être que la prise d'hormones m'inquiète un peu mais il faut bien passer par là... Et puis, il n'y a pas de raison ! »

Avec toutes les opérations, qu'il y avait pourquoi la sienne se passerait mal ? Bien qu'il soit incapable de le dire à Nikolaï, son chirurgien avait été étonné qu'il demande un changement total. Les ladyboys semblaient avoir plutôt le vent en poupe. Chose qu'An ne comprenait pas et face à son malaise, l'homme n'avait pas insisté. L'opération qui avait intrigué le plus le jeune homme avait été la vaginoplastie. Jae Min lui avait beaucoup parlé des opérations réalisées Thaïlandais et lui avait déconseillé de faire cette opération en Europe. Sauf s'il souhaitait que son corps soit charcuté. Mais décrocher un rendez-vous en Thaïlande n'avait été pas si facile et c'était pour cette raison qu'il s'était tourné vers une clinique bien que discrète réalisant un excellent travail. L'asiatique cligna des yeux avant de rire sous la nouvelle question. Il ne comprenait pas la raison de la gêne de l'homme. Après tout, il n'était qu'entre eux et Niko parlait sans arrière-pensées. Alors pourquoi semblait-il si embarrassé ? Pudique ? Il se fit violence pour ne pas le taquiner au risque de le mettre davantage mal à l'aise.

« - Hm oui ! » Ses mains dessinèrent la forme de la poitrine au niveau de son torse. « Ce sera plutôt une poitrine moyenne...Voir petite ! »

Le médecin en avait discuté longuement avec lui. Avoir une grosse poitrine n'avait jamais été un fantasme de son client. Qui plus est, le japonais avait tellement porté de kimono cachant les formes qu'il ne se souciait guère d'un développement à ce niveau-là. An fronça les sourcils. Il avait un mal fou à comprendre entre les B, les C, les 90, et toutes ces appellations qui lui paraissaient être un mystère à percer. Heureusement, les vendeuses existaient et avec un peu de chance, elles ne se formaliseraient pas. D'après vous, quelle taille de bonnet dois-je choisir ? Sinon, il se ferait opérer et pas besoin de soutien-gorge. Enfin, il devait peut-être d'abord se renseigner. De toute façon, ce qu'il préférait, c'était ses jambes. Ces membres qui risqueraient probablement de causer des problèmes quand il pourrait porter des jupes à la limite de la décence. Pour l'instant, les projets ne s'accumulaient pas dans sa petite tête. Il s'était saigné pour s'offrir son plus cadeau. Et d'autres suivraient. Attentivement, il se concentra sur la réponse à sa précédente interrogation. En gros, il valait mieux qu'il y ait des sentiments. Et encore même certains en étant amoureux tenaient plus de la brute que de l'homme attentionné. Avant toute chose, il devait donc s'approprier son corps. Et voilà que Niko parlait d'un garçon qui se trouvait bien loin dans son esprit.

« - Aisssh ! Je sortirais jamais avec un assistant de la fac ! C'est un coup à avoir sa vie étalée sur tout le campus... »
Une grimace ponctua ses propos. La notion de vie privée se voulait parfois relative. «  Je trouverais un autre centre d'intérêt. Peut-être un homme plus mur, tiens, non ?! Et puis, il faudra qu'il accepte que mon frère compte beaucoup pour moi ! »

Un homme avec plus d'expérience serait sûrement compréhensif. Plus gentleman, aussi, non ? Mais peut-être devait-il se placer une limite d'âge, non ? 30 ans. Oui, c'était pas mal. Plus vieux, cela pouvait avoir un côté vraiment pervers. Un peu comme ces histoires de jeunes filles qui rencontraient des hommes et les appelaient ''Papa'' ou ''Mon oncle''. De l'autre côté, l'importance de Niko aux yeux d'An pouvait poser problème. Et si un garçon jugeait qu'il ne voulait pas passer après le russe ? Le japonais ne céderait sûrement pas. Il fallait qu'il réfléchisse à cela. Comment ferait-il pour gérer une telle situation ? À moins qu'il soit totalement amoureux et face passer l'élu de son coeur avant. Tout ceci avait un goût d'abstraction très prononcé. Son esprit revint en arrière et se fixa sur un détail. Un homme important pour lui, hein ? Ecoutant à peine son grand frère, la suggestion n'atteignit pas ses oreilles et en réponse à la question, un murmure s'échappa.

« - Niko... Après j'irai voir mon père... »

Ses yeux se perdirent dans la foule. Son père. Son géniteur. Son seul lien avec les deux femmes défuntes. Leurs passés se trouvaient enchainés l'un à l'autre. Cet homme qu'il haïssait tant. Cet homme qui avait fait basculer sa vie. Cet homme qui avait tâché ses mains pour lui. Du liquide le plus carmin qui soit. Malgré la haine, l'attachement primait. An se sentait redevable. Alors qu'il fixait un groupe des jeunes femme, un visage lui revint. Des lèvres. Des cheveux aussi sombres que les siens. Une comptine sifflotée dans la pénombre. Un cri. Des cris. Doucement, un soupir s'échappa de ses lèvres. Ce chapitre s'apprêtait à être tourné. Est-ce que cette nuit, il rêverait d'elle ? Est-ce que cette nuit, une poupée démembrée peuplerait ses songes nocturnes ? Un simple sourire se glissa sur son visage. Il n'avait plus mal. Il n'avait plus peur. Maintenant, que le temps avait fait son oeuvre, il se devait de dire merci. Même si sa conscience ne s'était pas encore éveillé à ce fait. Le japonais avait peur. Peur d'être capable d'en faire autant et de vivre comme si rien ne s'était passé. De trouver cette réécriture de l'histoire normale. Qu'y avait-il au fond de lui ? De quoi était-il fait ? La robe s'effaçait petit à petit son esprit. Sous lui, la sensation du banc le maintenait dans cette réalité. Qu'allait-il libérer en devenant lui ?

« - Dis, tu n'as jamais eu peur d'être... toi ? Celui que tu sens être le vrai toi. Dans toute sa grandeur et sa décadence. Avec son ombre et sa lumière... »

Tout être était gris. Seuls, les saints échappaient à ce fait mais pour les autres pauvres individus communs, le bien et le mal s'entrelaçaient. Faire le mal pour une bonne raison. Faire le bien pour une mauvaise raison. Les mensonges. Les arrangements de conscience. An posa sa main libre devant ses yeux. Oui, il s'était arrangé avec sa conscience. De la culpabilité ? Non, elle ne le touchait pas. Il était mu par une sorte de peur avec l'envie de courir en avant. Toute vérité n'était pas bonne à dire. Même à un être cher. Une lueur vive dansa des ses prunelles. Il pouvait tenir. Cela faisait déjà 6 ans qu'il tenait alors ce secret, il pourrait bien l'emporter avec lui. D'un bond, le jeune homme se leva tout en tirant son aîné. Ses cheveux de jais caressaient sur ses joues. Une expression enthousiaste s'afficha sur ses traits.

« - Et si on attendait plutôt mon opération pour la robe ? Ce sera comme un cadeau, non ? Elle est vraiment très belle, j'ai hâte de la porter ! »


C'était agréable de se sentir épaulé. D'avoir quelqu'un à qui parler simplement. Il avait volontairement mis de côté une des questions du russe. Pas parce qu'il n'avait pas eu envie d'y répondre. Plutôt parce qu'il avait eu envie d'attendre. Il y avait l'envie et les faits. Venir avec lui serait un trou dans le budget et si An avait parfaitement prévu son coup, hors-de-question d'imposer à Niko de le suivre au pays du matin calme. Tout en serrant sa main dans la sienne, il souffla

« - J'aimerai beaucoup que tu viennes avec moi. Que tu sois là... Mais je... »
Un petit rire gêné s'échappa. « C'est égoïste et puis ce ne serait pas raisonnable que tu prennes un long congé d'un coup. En plus c'est une dépense supplémentaire de m'accompagner, je n'ai pas le droit d'exiger ça... Par contre, je peux exiger une glace, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mer 9 Sep - 21:03


Prise d’hormones, psychologue, chirurgie esthétique, tous ces mots semblaient familiers et inconnus à la fois. Pour ce qui est de psychologue, il en avait déjà rencontré, et avait son propre psy qui le suivait de temps à autre après son accident. Il pouvait comprendre que cela était nécessaire car le changement de sexe n’était pas une chose facile, même s’il était voulu. La prise d’hormones était déjà quelque chose de plus flou pour lui. A quoi cela servait-il exactement ? Cela avait-il des répercussions ? Le russe avait encore dix mille questions. Curieux et inquiet, il voulait tout savoir de l’opération. Et puis que se passerait-il après ? An aurait-il besoin de se reposer par la suite pendant plusieurs semaines, dans une sorte de convalescence ? Niko s’occuperait de lui de toute manière, autant de temps qu’il faudrait, au risque de délaisser son travail ou ses connaissances. La famille avant tout.

- Je vois… Et la prise d’hormones, ça se passe comment en fait ? Combien de temps dois-tu rester à la clinique ? Est-ce que tu dois juste consulter un psy là-bas ou bien ton dossier sera transféré ici ?

L’asiatique était évidemment au courant des séances psychologiques du russe. Elles étaient régulières et il ne voyait pas l’intérêt de les cacher. C’était normal après un tel trauma. Il consultait de moins en moins ces temps-ci pourtant, ses blessures, aussi bien physiques que psychiques, s’effaçant de plus en plus avec le temps. De plus, la présence d’An aidait grandement à son mal-être. Manger en compagnie de quelqu’un, parler de tout et de rien à toute heure, c’était ce qui lui manquait. Regardant les doigts fins du petit japonais, il hocha simplement la tête à la réponse. Il aurait donc une poitrine. C’était étrange de l’imaginer avec une poitrine, et le russe espérait simplement qu’il ne se promènerait pas torse nu dans l’appartement. C’était gênant pour lui, non pas qu’il était très pudique mais simplement à cause de son éducation assez stricte à ce sujet. On ne regardait pas le corps nu d’une jeune fille, sauf si cette dernière était sa petite amie ou épouse.

- Mh, en effet, mieux vaut ne pas voir ta vie étalée et changer de centre d’intérêt. Et les hommes mûrs parfois ne sont pas mieux. Ils ont certes une plus grande maturité, ‘normalement’, mais peuvent être plus tordus.

Trouver la bonne personne n’était donc pas une mince affaire. Et il n’y avait pas de personne parfaite à vrai dire. Tout le monde avait ses défauts. Il fallait savoir aimer avec cela, sans en prendre compte. Mais si la personne faite pour An ne supportait pas leur proximité… cela serait une autre histoire. Mais il refuserait certainement de se séparer du japonais, du moins jusqu’à ce que ce dernier ne veuille vraiment plus de lui à ses côtés. Et encore… Il se débattrait sûrement. Regardant à présent la vitrine du magasin, le trentenaire était pensif. Cela changerait beaucoup de choses pour l’asiatique. Sera-t-il vraiment confortable avec son nouveau corps ? Sûrement. Il ne voyait pas ce qui pourrait lui manquer. Par contre Nikolaï avait d’autres questions qui étaient bien trop gênantes à son goût pour pouvoir être posées à An. Comment cela se passerait-il au niveau de son vagin, pour les besoins par exemple ? C’était vraiment étrange.

La déclaration le surprit. Reportant son regard bleu sur le jeune homme, il haussa un sourcil avant de cligner des yeux. Voir son père ? Il en avait déjà entendu parler, plusieurs fois. C’était un sujet plus que délicat, mais An avait su avec le temps lui parler un peu plus de lui, de son passé étrange et tordu. Voir son père… Pourquoi, il n’en était pas exactement sûr. Sûrement un besoin, pour finalement être libéré d’un poids, être lui-même, entièrement, pas la poupée de quelqu’un. Ou bien pour une autre raison obscure, qui lui échappait encore ? Car malgré le fait qu’ils soient très proches, il restait des parts de mystère entre eux deux. Lui ne lui avait jamais parlé par exemple de son parcours dans la police, de ce qu’il s’était passé dans les pays de l’Est. Il était parfois inutile de trop remuer le passé, et il avait lui-même d’ores et déjà passé le cap, alors pourquoi en parler ?

- Ton père… ? Est-ce que ça ira ?

Il ne demanda pas pourquoi, cela semblait trop personnel. Il espérait juste qu’An lui parlerait de tout cela après sa rencontre avec son géniteur, comment cela s’était passé, s’il se sentait à présent mieux. Reprenant la main du plus jeune dans la sienne, il la serra avec force et en caressa le dos de son pouce. Silencieux à présent, il repensait à tout le chemin qu’il avait fait avec le japonais ces dernières années. De leur rencontre au présent. Tant de choses s’étaient passées… Maintenant ils vivaient tranquillement, et bientôt, An deviendrait une fille, chose qu’il avait toujours voulue. La vie ne pouvait être mieux.

La question le prit de court à vrai dire. Que voulait-il dire par là ? Etre réellement soi-même, était-ce seulement possible ? Qui était-il au fond ? Le vrai Nikolaï Kohl ? Il n’en savait trop rien. Il serait sûrement quelqu’un d’égoïste, jaloux, collant. Certes, il l’était un peu, mais se tempérait en présence des autres car il savait très bien que cela n’était pas le bon comportement à adopter, mais dans une société libre de contraintes, qui serait-il ? C’était une chose difficile à imaginer, qu’il n’avait jamais expérimenté. Et avant même d’avoir pu prendre le temps de répondre à cette questions philosophique, An avait changé de sujet. Avait-il donc montré un instant de faiblesse, juste là ? Que lui cachait-il donc ? Se levant avec peu d’entrain, il se reprit rapidement et sourit au japonais. Les questionnements viendraient plus tard. Un jour, il lui dirait tout, sur tout.


- D’accord… Ce sera la première robe que tu porteras après ton opération alors. Je suis sure que tu seras… ravissante dedans.

Guidant le plus jeune à l’intérieur du gigantesque centre commercial, il regardait de temps à autre les quelques petits stands qui vendaient des lunettes de soleil, ainsi que des bijoux. Peut-être pourrait-il en acheter un à An, en plus de la robe. Il avait à présent hâte de le voir en tant que femme, non pas pour assouvir un vieux désir de petite sœur, mais juste parce qu’il avait l’impression que tout serait mieux encore après. Un petit sourire collé sur le visage, il marchait à ses côtés, main dans la main. Et venir avec lui à Séoul n’était pas si égoïste que ça. Affichant une légère moue, il ne souhaita pas trop insister. Peut-être An avait besoin de faire cela seul ? Mais ce ne devait pas être une étape facile dans la vie de quelqu’un.

- Tu sais, les frais de déplacement ne sont pas un problème, et mon chef m’harcèle presque pour que je prenne un congé. Si tu changes d’avis, tu me le dis okay ? Allons manger une glace pour le moment. Quel parfum pour toi ?

Bifurquant à droite, l’inspecteur de police se dirigeait donc vers le stand de glaces le plus proche. C’est là qu’il se rendit compte qu’il n’avait pas posé la question la plus importante encore. Au stand, il jeta un regard rapide aux différents parfums alignés les uns à côté des autres et salua le vendeur avant de se tourner vers An, un air curieux affiché sur le visage.

- Et cette opération, c’est pour quand ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Dim 25 Oct - 20:19

‹ Amnesia


Tellement de choses tournoyaient dans son esprit. Le passé, le présent, le futur. Ses parents s'aimaient. Tous deux venaient de familles aisées. Rien n'aurait pu prévoir les tourments qui s'étaient amoncelés au-dessus de sa tête. La destinée. Certains prétendaient qu'elle pouvait être combattue avec de la bonne volonté. Mensonge. L'asiatique s'était débattu, avait tout fait pour briser les chaines invisibles d'une réalité qui le torturait. Cependant combien d'années de souffrance, dans le mensonge avant d'apercevoir le bout du tunnel ? Il avait envie de laisser tout cela derrière lui. De chercher la lumière et de se laisser réchauffer par des doux rayons. Sa place ? Il ne l'avait pas trouvée. Même si au côté de Niko, il avait trouvé un semblant de réponse. Un réconfort à sa présence sur Terre. Il est plus facile d'avancer avec quelqu'un que seul. Les questions du russe, il les comprenait mais il y en avait tellement. Difficile de choisir un bout par lequel commencer. Alors comme d'habitude, An choisit de sourire simplement. Une expression rassurante se dessina sur ses lèvres. Discuter de tout cela dans un lieu public le gênait tout de même. Une parole pouvait être entendue, interprétée. Qui plus est, le petit brun avait peur de rapporter les explications de façon erronées. Le mieux serait de donner son dossier médical avec toutes les informations, les explications complètes au russe.

Quant à sa vie sentimentale, il avait encore du mal à y penser sérieusement. Son coeur ressemblait à celui d'une jeune fille en fleur qui rêvait secrètement de prince charmant tout en clamant que ce dernier n'était qu'une chimère. Peut-être qu'un homme plus âgé pouvait être la représentation de tout ce qu'il désirait. En termes de relation stable. Bien sur, le désir, les envies ne lui étaient pas inconnus. Mais le problème de la réciprocité, la crainte de l'autre dominaient les relations. Combien de fois un flirt n'était jamais allé loin ? La soirée s'achevait et le petit brun disparaissait comme s'il n'avait jamais existé. An souhaitait que le plaisir de la rencontre éphémère subsiste. Deux esprits qui se rencontraient pour le meilleur ou le pire. Rien de plus. A la fac, il s'était fait discret. Les rumeurs avaient toujours tendance à circuler un peu trop vite. Pourtant il y avait quelques jeunes hommes mignons. Qui n'auraient sans doute pas passé l'approbation fraternelle mais c'était une autre histoire. An ne se sentait pas capable d'imposer quelqu'un à son grand frère. Il fallait que les deux hommes s'entendent. C'était très important pour lui. L'équilibre familial ne devait être perturbé. Qui plus est, Niko ne pouvait être que de bons conseils. Emporté par la passion, on avait tendance à porter un regard faussé sur l'être aimé du moment. C'était tout nouveau, tout beau et rien ne devait entacher la vision parfaite qui se formait dans l'esprit. Ses yeux clignèrent un instant. Son père ?

« - Oui, ça ira... Il faut qu'on fasse la paix... Au moins pour l'âme de ma mère ! »

Il lui devait ça et il en était intiment persuadé. Sans doute sa mère avait-elle été dans cet état d'esprit de jeune femme aveuglément amoureuse lorsqu'elle avait rencontré son père. Elle s'apprêtait à épouser un jeune homme à l'avenir prometteur. Mais peut-être que si la pauvre femme avait pris le temps de cerner réellement son époux. Elle aurait compris. Compris que le pire aurait pu être évité. Mais An ne pouvait lui ou plutôt leur en vouloir car il y avait cette autre femme dont la folie n'avait finalement que tout déclenché. Cette inconnue aurait du disparaître à tout jamais avec l'enfant. Peut-être que tout aurait plus simple si elle avait accepté de l'oublier. C'était pour cela qu'une partie de lui voulait faire disparaître certains épisodes du passé. Les effacer de son esprit pour pouvoir vivre enfin en paix. Ce n'était pas pour sa famille. C'était pour lui. Pour pouvoir marcher dans un parc sans repenser à ce corps alangui. Les yeux fixant le ciel. L'asiatique en avait assez de s'accrocher au passé. Parce qu'il n'y avait pas eu grand chose de bon. Son esprit se tournait vers l'avenir et petit à petit, sans qu'il ait totalement conscience, une rancoeur pour ceux qui restaient en partie dans les souvenirs s'installaient. Peut-être que si cette jeune fille avait compris qu'il fallait apprendre à oublier, elle n'aurait pas rendu son dernier soupir. Le problème résidait à la fois dans le passé et dans le présent. Parfois, il valait mieux se faire oublier. Parfois, il valait mieux tout faire pour changer et tendre vers quelque chose de meilleur. Pour soi. Pour l'autre. Revenant sur terre, il regarda les différents parfums proposés avant de lancer gaiement.

« - Hm, framboiiiise ! » Et il indiqua le bac de glace saveur framboise au vendeur tout en souriant avant de souffler rapidement comme réponse à la question fatidique. « Une semaine... »

Une semaine. Dans une semaine, il ne serait plus là. Tout commencerait et il pourrait changer d'enveloppe. C'était précipité. Il le savait. On pouvait même penser qu'il l'avait fait exprès mais non. D'ailleurs, il serait sûrement coupé de ses cours et il serait encore dans une impasse scolaire. Enfin cela ne le souciait pas trop. Certes, il adorait le journalisme mais il ne se voyait pas faire ça toute sa vie. Peut-être que son expérience d'escort pourrait lui servir. Encore un cycle inachevé. Mais si son projet aboutissait, il pourrait réellement essayer de se faire un chemin dans le milieu de la nuit. L'asiatique avait beaucoup aimé travaille dans ce milieu lorsqu'il était au Japon après tout. Cependant ce n'était pas si simple et des craintes le rongeaient. D'autres angoisses beaucoup plus matérielles, si on pouvait voir cela ainsi.

« - Niko, tu sais... Je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie en réalité. J'aimais beaucoup le théâtre mais j'ai du arrêter parce qu'il fallait me marier. » Une de ses mains passa dans sa nuque alors que ses yeux glissèrent sur le sol. « A part la cérémonie du thé, faire la cuisine, coudre et jouer des rôles différents, je ne sais pas faire grand chose. »

Une formation de parfaite épouse pour une famille traditionnelle. Ici, ça ne valait pas grand chose. Sa grand-mère lui dirait, sûrement, l'opération passée de ne pas se faire de souci. Trouver un gentil mari suffirait largement. Seulement l'asiatique n'avait pas envie de vivre ainsi. Être totalement dépendant d'un homme lui déplaisait et il n'y avait rien à faire. Il éprouvait un sentiment de honte à cette possibilité. Ou d'être comme un objet vendu à un heureux propriétaire. Rien de très glorieux. Seulement dans sa famille, on ne se faisait pas de tels noeuds au cerveau. Malheureusement, les aspirations différaient. Ses rêves ? Ce n'était pas comme s'il en avait eu réellement. Plus maintenant. Tout lui paraissait tellement incertain qu'il avait préféré s'en débarrasser.

« - J'oublierais tout et je serais heureux... » Un sourire doux se dessina sur ses lèvres et An se tourna vers Niko. « Si tu étais un livre vierge, quelle histoire voudrais-tu raconter ? Qu'est-ce que serait l'histoire de ta vie ? »

Un sourire apparut sur les lèvres d'An. Dans sa nouvelle histoire, les belles robes et les talons hauts lui seraient accessibles. Acheter du maquillage et mettre du vernis à ongles ne seraient plus une honte. Et même qui pouvait prédire comment son caractère se métamorphoserait ? La fragilité et l'angoisse laisseraient-ils la place à la détermination et à la confiance en soi ?
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mer 11 Nov - 17:11



Faire la paix. Chose difficile. En voyant An prendre les avants ainsi, cela donnait des idées au russe. Peut-être que lui aussi devrait faire la paix avec ses parents ? Mais lui pardonneraient-ils jamais le fait de s’être enfuit avec quelqu’un d’autre, un homme de surcroît ? Cela semblait si facile à coucher sur le papier, mais les dégâts avaient été considérables. Sa famille et lui étaient en froids depuis des années. Les parents ne savaient même pas que leur fils avait été dans le coma, ni même qu’il avait déménagé sur un autre continent. A quoi ressemblaient-ils à présent ? Nikolaï ne savait même pas. Le réconfort familial lui manquait de temps à autre, mais il se rassurait de la présence du petit asiatique. Souvent, il le considérait comme sa seule famille. Lui qui avait abandonné la sienne s’était finalement fait abandonner par son amant. C’était probablement un juste-retour des choses. Une certaine injustice persistait cependant. Renouer contact était peut-être le meilleur moyen de faire la paix avec son passé. An avait l’air d’avoir compris cela. On ne pouvait pas traîner sans cesse son lourd passé derrière sans que cela ait des conséquences sur son présent ou son avenir.

Hochant simplement la tête à sa réponse, il continua de marcher d’un pas modéré à côté de lui. Il réfléchissait à tout cela. L’inspecteur de police était du genre à se prendre la tête, même pour les plus petites choses. Peut-être réfléchissait-il trop, peut-être que cela était inutile, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Il était inquiet pour An, comme tout bon grand frère, et espérait que tout se passerait pour le mieux. Il veillerait sur cela de toute manière. Combien de temps s’était écoulé depuis leur rencontre ? Des années déjà. Quand il avait connu Angie, ce dernier était serveur dans un bar. C’était presque la fin de l’adolescence. Malgré leurs problèmes respectifs, ils ne s’étaient pas perdus de vue, et s’étaient finalement retrouvés ici, à New York – 2, où ils vivaient ensemble. Le début d’un nouveau chapitre de leur vie, à tous deux. Quelle n’avait pas été la surprise du russe en recevant ce coup de fil, un jour comme un autre, lui annonçant l’arrivée de son frère de cœur dans la ville. En sa présence, les mois s’étaient écoulés rapidement, il avait repris goût à la vie, et faisait tout son possible pour rendre la pareille à An. Ainsi, pour son projet, il ne pouvait que le soutenir, et était même fier qu’il ait pris une telle décision. C’était mieux ainsi, oui.


- Je prendrais vanille pour ma part s’il vous plaît.

La réponse d’An à sa précédente question le prit de court. Une semaine ? Si vite déjà ? Oh bien sûr, l’asiatique avait dû prendre rendez-vous avec la clinique depuis des semaines à présent, mais pourquoi lui en faire part si tard ? Avait-il peur de la réaction de Nikolaï ? Ou bien au contraire tout cela s’était-il décidé très rapidement ? Le brun ne savait plus où il en était. Dans une semaine, An allait partir, pendant un petit moment, et quand il reviendrait, il aura changé. Du moins physiquement. Certes, cela ne changeait rien entre eux, mais le russe sentait qu’il avait tout de même besoin de temps histoire de s’adapter. Ce serait un ‘elle’ à présent et non un ‘il’. Une ‘petite sœur’ et non un ‘petit frère’. L’asiatique allait également sûrement s’habiller de plus en plus souvent avec des vêtements féminins, des jupes et des robes, choses qui devaient l’enchanter.

- Je… C’est inattendu. Et rapide… Une semaine, j’ai du mal à y croire. Et est-ce que tu sais dans combien de temps environ tu vas revenir ?

Maintenant qu’il savait la date, il lui serait difficile de prendre des congés en prévenant si peu à l’avance. Le minimum était de deux semaines, et son chef de service n’allait pas être content. Peut-être devait-il vraiment abandonner l’idée de l’accompagner ? Et An n’avait pas exprimé réellement son envie qu’il soit à ses côtés. Il respecterait donc son choix, tel qu’il soit. Regardant les différents parfums de glace, il espérait qu’An ne reste pas loin de lui trop longtemps. A vrai dire, il n’était plus habitué à vivre seul, et même avec la présence de Pookie et de Faust, cela serait difficile à gérer. Nikolaï devait pourtant s’habituer à la solitude. Un jour, l’asiatique partirait sûrement avec un autre, et il n’aurait pas le droit de le retenir. Cela paraîtrait même pathétique, lui qui a déjà dépassé la trentaine. Il devait se montrer autonome et fort dans l’adversité, malgré toutes ses incertitudes. Il n’était pas le seul à en avoir visiblement. Serrant un peu plus la main d’An dans la sienne, il lui fit un sourire rassurant.

- Ca ira… Tu es encore jeune, et je pense que tu as le temps encore de trouver ce que tu comptes faire de ta vie. Peut-être pourrais-tu reprendre le théâtre ? Si tu es doué pour jouer des rôles différents, alors c’est parfait pour toi, et tu aimes faire du théâtre non ? Quoi que tu choisisses de toute manière, je serais là pour te soutenir et t’aider, alors ne t’en fais pas.

Le russe était sincère dans ses paroles. Son petit frère n’avait pas de quoi s’en faire. Il trouverait quelque chose, et dans quoi qu’il fasse, il réussirait. Peut-être était-ce l’amour fraternel qui l’aveuglait obstinément, mais il ne pensait pas. Après avoir surmonté tous ces obstacles, après avoir survécu à tout cela, l’avenir ne pouvait avoir que du bon. Sans aucun doute, An trouverait quelqu’un qui le rendrait heureux, ainsi qu’un travail qui allait l’épanouir. Il aurait toujours une famille à ses côtés pour l’accueillir à bras ouverts et panser des possibles peines de cœur. L’asiatique avait déjà beaucoup vécu, mais il restait encore tant à vivre. Comme par exemple une véritable histoire d’amour, avec un jeune homme – ou peut-être un homme tout court, plus âgé – qui serait dans les critères de Nikolaï et qui saurait prendre soin du petit brun. Sortant de l’argent de sa poche, il paya le glacier et attrapa leurs glaces, tendant celle à la framboise à An.

- L’histoire de ma vie, mh ? Difficile à dire…

Qu’aurait-il aimé raconter s’il avait pu vivre autre chose, changer certaines choses de son passé ? Il n’en était pas sûr. Des choses, il regrettait, mais d’autres, il ne pouvait pas les effacer et les oublier. Commençant à marcher, il reprit la main de l’asiatique dans la sienne, dégustant sa glace dans un silence plein de réflexion. Et si tu étais un livre vierge… Reprendre tout à zéro, nouveau départ, et cette fois-ci, avoir le choix, prendre lui-même sa destinée en main.


- J’aurais aimé raconter ma relation parfaite avec ma petite sœur, mon métier en tant que fleuriste, la naissance de deux enfants, une femme imaginaire. Ca, c’est si j’étais vraiment un livre vierge. Enfin, il est encore temps pour réaliser ces choses-là non ? Ou bien tu penses que je suis trop vieux ?

Souriant doucement, il continua à manger sa glace. Ces choses-là, il aurait déjà pu les avoir, depuis quelques années déjà, mais il avait fait un autre choix. Envies contradictoires. Le russe avait toujours voulu élever ses propres enfants, les amener à l’école, les aider à faire leurs devoirs. C’était une chose qu’il espérait avoir un jour. Connaître les joies d’être père. Quoi de mieux ? Il ferait en sorte que ses enfants soient éduqués, sans non plus être trop strictes. Peut-être serait-il même un papa gâteau au final ?

- Et toi ? Quelle serait l’histoire de ta vie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Ven 20 Nov - 18:39




« - C'est vrai... » Ses yeux se baissèrent un instant. « Mais si je ne me dépêche pas, il sera trop tard... Quant à mon retour, je ne sais pas trop. Ça dépendra s'il y a des complications ou non... »

Le besoin de se débarrasser de cette enveloppe se faisait de plus en plus présent. Oppressant. Combien de temps pourrait-il tenir ? Supporter ce qu'il n'était pas. Peut-être qu'il vivait son plus grand mensonge. Mais que pouvait-il y faire ? Il n'avait pas choisi de s'enfermer dans cette fatalité. La vie l'avait mis dans ce piège infernal. Dans quel but ? Le tester ? Devait-il survivre ? Tout lui semblait stupide. Peut-être même n'était-il pas vivant ? Que ce qu'il vivait n'était qu'un rêve ? Mais est-ce que les morts rêvaient d'une façon aussi intense ? Douloureuse ? An préférait ne plus croire en rien. Même pas en une seconde vie. La première avait été suffisamment pénible comme ça. A 22 ans, pouvait-on vraiment penser cela ? Lui, oui. Il n'attendait qu'une chose pour lui prouver qu'il avait tort. Que le bonheur ne se cachait pas si loin de lui. Depuis les eunuques, la science avait bien évolué, n'est-ce pas ? Il n'y avait pas de raison pour tout se passe mais on ne savait jamais. Cependant l'asiatique espérait pouvoir revenir vite pour ne pas laisser Niko seul. Certes, les chats étaient là mais ça ne suffisait pas vraiment. Au fond, il avait un peu peur que le poids de la solitude pèse sur le russe. Ils avaient pris l'habitude de vivre ensemble et le changement serait brusque. Il pouvait toujours lui suggérer d'inviter de temps en temps des collègues à la maison. Cela lui ferait du bien et puis, en dehors du travail, An avait trouvé que son grand frère s'était renfermé. Aux yeux d'An, il n'était pas fait et il n'avait pas à vivre un peu reclus. Juste à cause d'une passé. Tous les deux étaient au même point. Celui où ils doutaient mais où ils devaient prendre une décision. Un tournant en quelque sorte dont ils étaient les seuls maîtres. La peur de faire le bon choix se cachait derrière leur pas. Cependant ne fallait-il pas se lancer à un moment ?

Un sourire répondit à celui de Niko. Il savait toujours trouver les bons mots. Peut-être aussi était-ce pour cette raison qu'il avait cette première place dans le coeur de l'asiatique. An adorait son grand frère comme une petite fille pouvait adorer son père. Besoin d'un référent ? Sans aucun doute. Sa tête pencha doucement sur le côté. Doué pour jouer plusieurs rôles, l'était-il ? Le japonais ne savait pas. Il avait l'impression d'exprimer différentes facettes de sa personnalité. Ou peut-être s'était-il approprié ces facettes ? Etait-il ou s'était-il créé ? Juste pour exister. Être quelqu'un aux yeux des autres. Être unique aux yeux de chaque personne. Être un et plusieurs à la fois. Le russe le soutiendrait peu importe sa décision. De savoir cela le poussa à se confier.

« - Hm, oui le théâtre ou... » An hésita. Ce n'était pas le métier le plus recommandable mais peu importait. Il l'aimait.« … reprendre l'escort ? Je me débrouillais plutôt bien là-dedans... »

Sa voix avait été hésitante. Être escort signifiait être souvent en compagnie d'hommes. De supporter les caprices, les envies. Cela pouvait faire peur à Niko quelque part. Surtout ici. Néanmoins An savait se défendre. Sa petite taille n'était un handicap qu'au corps à corps et encore, un coup très bien placé pouvait calmer pendant un moment. L'asiatique n'avait-il pas aussi son petit caractère ? Pas la peine d'essayer de lui marcher sur le pieds. Quant au côté coeur, le japonais savait que trouver une personne qui correspondait aux exigence de Niko était très difficile. Même en clonant le russe, il n'était pas sur que ce dernier s'accepte. Déjà un homme sans casier judiciaire ou alors qui était sur la voie de la rédemption. Après il aviserait. Mais quel genre d'homme allait-il rencontrer ? Est-ce que son intérêt pour cette personne allait le mener vers l'Empire des mensonges ? C'était ce qu'An craignait. Supporterait-il d'être brisé à nouveau ? Pourtant, il y avait comme une irrésistible attraction qui le poussait vers ce qu'il redoutait. Seulement, cette fois, il se sentait prêt à se venger. Au cas où. Tout en souriant, il avait pris la glace, un merci soufflé au passage. Maintenant An attendait sagement la réponse de Niko.

Ses lèvres dessinèrent un sourire doux. Il n'était pas étonné par la réponse du russe. Il voulait avoir une vie paisible. Quelque chose que l'on pourrait qualifier de normal. Une petite famille. Un travail paisible. Une personne avec qui partager les bons comme les mauvais moments. Son nez se fronça à ses questions.

« - Bien sur qu'il est encore temps ! Je pense que pour certaines choses, il n'est jamais trop tard si on s'en donne les moyens ! »

Bon pour les enfants, à moins d'adopter, il fallait qu'il s'y prenne maintenant. An trouvait les parents de 40 ans totalement ridicules. Ils n'avaient aucune énergie pour s'occuper correctement de leurs enfants. Ils laissaient faire et cela donnait de véritable peste. Autant ne pas en avoir si c'était pour donner de tels monstres. Il fallait savoir faire un choix entre la carrière et une famille. Chaque chose avait sa place à un moment donné dans la vie. Du moins, c'était ce que croyait An. Élevé avec l'idée qu'une femme ne devait pas avoir d'enfants au-delà de 35 ans, l'asiatique avait déjà une opinion précise sur le sujet. À 27 ans, une femme se trouvait déjà sur le déclin chez eux après tout. Mais au bout du compte, les relations homme-femme se trouvait totalement faussée. Enfin An imaginait très bien la petite boutique de fleuriste. Pourrait-il demander à Niko de lui faire des compositions florales ? Il y aurait plein de bouquets partout dans l'appartement ! Tout en mangeant sa glace, le japonais imaginait différentes fleurs disposées un peu partout. Et puis il aurait des neveux ou des nièces adorables. Il avait entièrement confiance dans le russe. Il serait un père exemplaire ! À l'écoute, sûrement protecteur mais ce n'était pas plus mal, non ? An avait envie de reprocher à son père de l'avoir laissé faire n'importe quoi. D'avoir fermé les yeux sur son comportement au lieu de l'avoir remis dans un autre chemin. À l'époque, il l'avait pris pour une marque de désintérêt et même maintenant, les blessures n'étaient pas guéries. La question le surprit. Cela demandait un instant de réflexion. Cependant il avait déjà sa petite idée. Le tragique et la souffrance restaient ce qu'il préférait après tout.

« - Hm, peut-être une grande actrice... J'aurai travaillé avec des réalisateurs talentueux et je serais morte comme Grace Kelly ! » Un sourire innocent se dessina sur ses lèvres. « Une fin tragique me va très bien... On ne garderait que ce qu'il y a de plus beau en moi. » Ses yeux se plissèrent. « Ou alors mourir pour sauver l'être aimé... Tu sais comme dans les films ! » Se plaçant devant lui, An fit comme s'il venait de recevoir une balle en plein coeur avant de lécher sa glace. « Et tu tombes devant la personne que tu aimes et qui réalise d'un coup ses sentiments pour toi, sauf que tu n'es plus de ce monde et il vivra hanté par ton souvenir jusqu'à la fin de ses jours.... » Tout en se grattant la nuque, le japonais sourit. « Ah, j'aime vraiment ce genre de tournure... L'amour passionnel est terrifiant... Mais il faut vraiment être pur, sincère pour être capable de mourir pour la personne qu'on aime... »

Peu de personnes devait être capable de faire cela. Finalement, la plupart choisirait leur vie au lieu de celle de leur amour, non ? Est-ce que l'amour était plus fort que le désir de vivre ? Jusqu'où aller par amour ? D'ailleurs en parlant d'amour, An regarda Niko en plissant les yeux, l'air suspicieux.

« - Il n'y a aucune femme intéressante au poste ? Si elle était flic, elle pourrait te comprendre, non ?  »
Revenir en haut Aller en bas
Inspecteur de police
Moustique


Cute Name? : Niko
How old are you? : 30 [27 Janvier 1981]
Messages : 50


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Lun 7 Déc - 19:46



Cette opération ne signifiait certainement pas changer de vie pour An, mais c’était une étape si décisive. Il admirait son courage, sa ténacité. Quel ferait-il plus tard alors ? Allait-il se plonger dans le monde du théâtre, chose qu’il affectionnait tout particulièrement, ou s’orienter vers autre chose ? Le russe n’en avait aucune idée, mais dans tous les cas, il l’encouragerait jusqu’au bout. Les liens du sang étaient plus forts que tout, et même s’ils n’étaient en réalité que des cousins éloignés, An était réellement celui qu’il considérait comme son petit frère, et prochainement petite sœur. La réponse le surprit à moitié à vrai dire. Le monde de l’escort, il préférait s’en tenir loin. C’était un métier comme un autre, certes, mais il trouvait cela parfois dangereux, si les escorts n’étaient pas bien protégés. Après tout, personne n’était à l’abri d’un client trop avenant, et trop agressif. C’était donc pensif qu’il regardait l’asiatique. En était-il sûr ? Nikolaï était inquiet pour lui. Il désirait son bonheur et sa sécurité avant tout, et l’idée, vraiment, lui plaisait de moins en moins. Il se sentait donc hésitant. Devrait-il empêcher An de prendre cette voix ? Non, et puis peut-être qu’il ne l’écouterait même pas. Il ne pouvait que le lui déconseiller, et l’avertir des dangers. Il valait mieux prévenir que guérir, au risque de se faire passer pour un moralisateur.


- Escort ? Je ne suis pas sûr… Mais si c’est quelque chose de vraiment bien encadré, pourquoi pas. Si tu veux vraiment faire ça, fais attention d’accord ? Et je veux que tu m’appelles au moindre geste suspect de la part des clients. Moi ou un garde, je ne sais pas.

Ce monde, il ne le connaissait pas vraiment, le côtoyait de loin, alors le russe ne savait pas comment cela se passait exactement. Il devinait les contours du métier. Les clients, des hommes normalement, appelaient pour obtenir les services de tel ou tel escort. Ensuite, la personne choisie devait se plier aux exigences de l’homme et adopter le rôle qu’on lui demandait. Cela n’allait pas plus loin. Mais il y avait parfois des abus tout de même, des situations incongrues. Du moins, c’était ce qu’il pensait. Un métier pareil, cela ne pouvait pas être sans danger. C’était moins dangereux que d’être dans la police, comme dans son cas, mais tout de même. Il ne pouvait nier qu’il aurait voulu voir An dans quelque chose de plus rangé. En tout cas, il ne pouvait pas retirer ce qu’il avait dit. Il soutiendrait l’asiatique. Et puis, au final, c’était un métier comme un autre, qui rendait parfois bien service à bon nombre de personnes, pour décrocher des contrats lors de repas avec de possibles partenaires. Alors ce n’était pas si mal que ça. Et ce devait être bien payé aussi. Il allait devoir se renseigner davantage tout de même plus tard, peut-être même visiter l’entreprise qui s’occupait de ça, en se faisant passer pour un client ? Parano ? Légèrement.

La réponse le fit sourire. Il était encore temps alors ? Il l’espérait. Trente ans, oui, ce n’était pas encore si âgé. Il pouvait encore faire autre chose de sa vie s’il le désirait. Mais pour l’instant, il ne savait pas quoi. Fleuriste ? Il n’avait aucune connaissance dans le métier. Ca s’apprenait, oui, mais avait-il encore la patience d’apprendre ? Après toutes ces années à être dans les forces de l’ordre, devenir fleuriste semblait presque impossible pour lui. Il avait vu tant de choses dans ce métier. Combien de fois avait-il faillit mourir ? Les statistiques baissaient au fil des années, mais le risque planait toujours au-dessus de sa tête, et cela même s’il quittait la police. Dans les pays de l’Est, l’inspecteur de police avait toujours bon nombre d’ennemis, et ces derniers étaient connus pour être rancuniers. Le risque qu’il soit poursuivit à l’autre bout du continent était tout de même moindre, et il vivait pour l’instant des jours heureux et paisibles.

L’idée de changer de métier subsistait cependant. Un jour, probablement dans un futur proche, il allait se réorienter, et mener réellement une vie paisible, sans tracas. Comme une sorte de début de retraite anticipée, tout en restant actif. Cela lui plaisait. Il y réfléchirait plus en profondeur les prochaines semaines et verrait vers quelles possibilités se tourner. En attendant, il avait encore quelques affaires en cours, et le russe ne se voyait pas laisser tomber ses collègues d’un coup, sans crier gare. Mieux vaut tâter le terrain, et surtout du côté de son patron, le chef de police.


- Mon dieu, tu me ferais presque peur, An… Même s’il y a, comme tu dis, quelque chose de beau à mourir pour l’être aimé, j’espère que cela ne t’arrivera jamais. Et c’est également très triste pour la personne qui reste par la suite. J’espère que ça ne t’arrivera pas, et que la personne que tu aimeras se rendra compte bien avant de ses sentiments pour toi.

Néanmoins, Nikolaï était légèrement amusé par ce que disait son petit frère. Une fin comme dans les grands films. Tragique et délicieux à la fois, tant que cela restait sur les écrans. Mourir pour la personne que l’on aime était moins facile que l’on ne pensait. Souvent, les hommes fuyaient devant la mort, et tout leur égoïsme ressortait d’un seul coup. En y repensant, son passé ressemblait à cette fin tragique décrite, dans des circonstances un peu différentes. Qu’avait donc ressentit Miguel à ce moment-là ? De la culpabilité probablement, beaucoup de remords… Secouant la tête pour sortir l’homme de son esprit, il finit rapidement sa glace et s’essuya les mains, ainsi que la bouche, à l’aide du maigre morceau de papier qui leur avait été donné avec la glace.

La question le prit par surprise. Des femmes intéressantes au poste de police ? Il n’y avait jamais songé, n’avait jamais regardé ses collègues sous cet angle. Pour lui, il ne fallait pas mélanger amour et travail. C’était dangereux. Il réfléchit. Il ne connaissait que deux femmes. Elisabeth Howard, et Aedan Fox. Le reste, il les avait aperçu, mais ne leur avait jamais adressé la parole. Ah, il y avait aussi la secrétaire, mais celle-ci était un peu bizarre, lunatique surtout. Il ne s’en approchait pas, de peur qu’elle le menace de lui percer un nouveau trou à l’oreille à l’aide de son agrafeuse. Miss Elisabeth était belle, c’était sans équivoque, mais elle semblait difficilement approchable. Les hommes étaient intéressés par sa beauté farouche, mais elle n’en remarquait aucun. Le russe voyait mal comment il pouvait attirer son attention. Quant à Miss Aedan, il ne la connaissait pas du tout. Elle était jolie également. Niveau caractère cependant, c’était le grand inconnu.


- Je ne sais pas… Je ne les connais pas vraiment à vrai dire. Nous ne travaillons pas sur les mêmes affaires, donc nous n’avons pas l’occasion de nous parler souvent.

Et le brun était quelqu’un d’assez renfermé aussi il fallait dire. Il n’aimait pas trop aller vers les autres. Pourtant, si les gens prenaient l’effort de faire le premier pas, ils remarqueraient tout de suite que le russe était quelqu’un de plutôt sociable, qui se prêtait souvent à sourire et qui était attentif aux besoins de chacun. L’image de personne froide qu’on lui attribuait était donc totalement faussée. Il s’était juste un peu plus renfermé ces dernières années, et accordait avec difficulté une réelle confiance ou complicité. Ses amis proches, il pouvait les compter sur les doigts d’une seule main. C’est alors que quelque chose vibra dans sa poche. Attrapant son téléphone, il décrocha, s’excusant auprès de sa petite sœur. Le travail, encore et toujours. Quant on parlait du loup… C’était Miss Elisabeth justement. Perplexe quant à sa demande et ses explications, il lui assura qu’il allait venir d’ici une trentaine de minutes. C’est avec une mine déçue qu’il se tourna vers An.

- Je suis désolé, je dois y aller. Le travail m’appelle. Une nouvelle affaire vraisemblablement. Ca ne prendra pas longtemps alors je serais de retour à la maison rapidement. Pâtes au pesto ce soir alors ? Tu pourrais louer un film, on le regardera en mangeant des cookies ou autre chose si ça te dit ?

L’air vraiment désolé, le russe ébouriffa gentiment les cheveux de l’asiatique. Il avait un métier qui lui prenait beaucoup de temps. Trop même. Une autre bonne raison de changer de métier tiens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   Mar 8 Déc - 21:26



« - C'est pas drôle..»

Une petite moue se dessina sur les lèvres d'An. Ce ne serait pas pour cette fois qu'il en saurait davantage sur les femmes du poste. N'y avait-il donc aucune que Nikolaï trouvait jolie ? Ah ! Peut-être qu'il aurait du demander du côté des hommes ? Mais c'était tout de même étrange. Ils ne prenaient jamais de pauses ensemble alors. Et le midi ? Ils ne mangeaient jamais ensemble non plus, s'il comprenait bien. La vie de flic n'avait rien d'enviable. Vous risquiez votre vie tous les jours, vous pouviez être appelé à toute heure du jour et/ou de la nuit et vous ne connaissiez même pas tous vos autres collègues. Comment pouvait-on aimer cela ? Et puis, il était normal d'avoir des affinités et proposer éventuellement d'aller boire un verre après le travail, non ? Ah mais ils étaient aux Etats-Unis. Chez eux, ce n'était pas forcément si naturel que cela, d'aller manger ou boire avec ses collègues. L'asiatique réalisait que son mode de vie avait du mal à s'adapter. Mais il verrait en fonction du métier qu'il choisirait. Est-ce qu'il y avait des courses poursuites comme dans les films ? Cela aurait été plus amusant avec un fond funky. Nikolaï aurait porté une coupe afro, des pantalons pattes d'éléphant. Au post de police, la mode aurait été aux chaines en or et aux couleurs pétantes. An réprima un rire se contentant de sourire innocemment. Le téléphone sonna et le japonais fit taire son imagination qui le propulsait dans une version autrement plus colorée que la New-York 2 actuelle. Pendant que son grand frère prenait son appel, An finit sa glace et passa plusieurs fois sa langue sur ses lèvres pour en retirer les potentielles traces.

Le devoir l'appelait. An hocha la tête. Il comprenait et puis ils pourraient passer un peu de temps ensemble avant son départ. Enfin il l'espérait. Ce serait dommage, non ? Même si le japonais souhaitait garder le russe un peu plus pour lui, il se contenta de hocher la tête. Tantôt le japonais ressemblait à un petit frère, tantôt à un enfant. L'image de Niko se superposait à la fois aux images paternelle et fraternelle. C'était important d'avoir des repères et vu la relation qu'il avait entretenu avec son père, il en avait bien besoin. Enfin bientôt, il pourrait faire table rase. Le moment était venu. Un sourire joyeux apparut sur le visage d'An, le programme de la soirée lui plaisait bien ! Mais restait à savoir si Niko arriverait tôt ou tard à l'appartement. Difficile à prévoir. S'il arrivait tôt, ils préparaient à manger ensemble. S'il arrivait tard, l'asiatique s'en chargerait.

« - D'accord ! »

Qu'est-ce qu'il allait louer comme film ? Un film d'horreur tiens. Un rire s'éleva et il rentra la tête dans les épaules en retirant la main de Niko. Ses derniers jours à New-York 2, il les figeait dans son esprit. La présence de son grand-frère, le goût de glace, ce sentiment joyeux qui le portait. An remit ses cheveux en place en râlant. Les aînés profitaient toujours de leur position pour embêter les plus jeunes, ils devraient avoir honte ! Le petit brun tira la langue et fit un signe de la main au brun avant de faire un V avec son index et son majeur. La fin de journée serait sûrement longue pour le russe. Il reviendrait fatigué et avec cet air, qu'il lui connaissait si bien. Celui de l'homme qui n'était pas totalement épanoui dans son travail. Bientôt, il ne verrait plus cette expression chaque soir. Heureusement, il pourrait lui envoyer des emails, essayer de l'appeler quitte à faire des nuits blanches.

« - Fighting Niko ! »

Quelque part, il s'encourageait aussi. Pour se donner de la force de continuer dans la voie qu'il avait choisi.

[ END ]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: It's so wonderful [heya Niko ~ ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

It's so wonderful [heya Niko ~ ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reservoir Dogs :: B R O O K L Y N :: ¤ MAIRIE ¤-