Welcome In Our World
Bon Niveau Requis

 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Jesse Taylor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Jesse Taylor   Mar 27 Oct - 0:15



Nom : Taylor
Prénom : Jesse
Surnom : « Jay »
Age : 31 ans
Date de naissance : 23 avril 1980
Nationalité : Américaine
Statut : Acteur – Fils de l'ex-chef du clan Alpha, mais ça, personne n'est censé savoir.



Description physique : Il paraît qu'il a fait mannequin, mais qu'il a arrêté suite à une histoire d'amour qui s'est mal terminée, avec une designer française. On raconte qu'elle aurait pété un câble quand il lui a annoncé qu'il devrait retourner aux États-Unis quelques temps pour un nouveau contrat avec une marque de parfum très reconnue. Il a bien fait de la plaquer et de revenir, elles étaient géniales, ces pubs.
Le voilà. C'est vrai qu'il est grand. Dans une revue ils disaient 1m85. Pour une fois, ce n'est pas n'importe quoi, ça semble bien vrai. Et bien qu'il soit mince, elle peut très bien s'imaginer des muscles saillants, sous cette chemise bleue qui laisse deviner de larges épaules. Il est bien habillé, mais simplement. Jesse Taylor en chair et en os! Quand elle racontera ça à sa fille.... Ah! Il ne faut surtout pas oublier l'autographe, autrement elle lui en voudra à mort.
- Bonjour!
Il a l'air fatigué mais sourit quand même. Charmant.
- Bonjour, monsieur Taylor.
- Vous pouvez m'appeler Jesse.
Encore un sourire. Et quel sourire. Il sourit tout naturellement, prend le temps de la regarder, de lui tendre la main... Une grande main d'homme. Il doit avoir droit à des manucures gratuites, le chanceux, pour avoir des mains aussi douces et des ongles aussi bien entretenus.
- Enchantée, Jesse. Je suis Judith Hanson, mais appelez-moi Judy.
- Très heureux.
Il prend place face au miroir et elle se met à l'oeuvre. D'abord le fond de teint. Il ferme les yeux, elle se penche vers lui, pinçeau et poudre en main. Il a une belle peau, un peu blême mais presque entièrement dénuées d'imperfections, si ce n'est des quelques taches de rousseurs qui disparaîtront bientôt sous le fard dont elle couvre son visage. Les poils du pinçeau suivent les traits bien définis de la mâchoire, couvrent les joues lisses et passent sur le front, à la frontière de ses fins et longs sourcils. Une dernière retouche sur le bout du nez, droit et discret, et elle repose le fard sur le bureau, avant de se munir du mascara. Elle en applique sur les cils, un peu. Ses grands yeux bleu vif n'en seront que plus perçants. Vient enfin le tour du fard à lèvres, qu'elle applique sur ses lèvres finement rebondies. Elle comprend de mieux en mieux pourquoi sa fille placarde les murs de sa chambre avec des affiches du bellâtre...
Elle manipule ses cheveux mi-longs, châtain clair, avec soin. Ils sont soyeux et la coupe dégradée, avec la frange, lui sied parfaitement. Un produit vaporisé suffit à rehausser l'éclat de sa chevelure. Elle sourit en posant ses mains sur les épaules du jeune homme.
- Voilà!
Il ouvre les yeux et jette un coup d'oeil au miroir.
- Merci.
- Il n'y avait pas grand chose à faire, en fait...
Il lui sourit, ils échangent une poignée de main et il repart. Elle ne peut s'empêcher de reluquer son postérieur dans son jean taille basse et, c'est seulement lorsqu'il franchit la porte et disparaît dans le couloir que lui revient à l'esprit l'autographe pour sa fille.
- Monsieur Jesse!


Description psychologique : Le Studio 11 est aménagé pour le talk-show Evening at Claire's. Un public fait face à une scène sur laquelle sont disposés deux fauteuils violet se faisant face. Plusieurs caméras sont prêtes, ici et là, à capturer la demi-heure à venir. L'animatrice, Claire, une femme dans la quarantaine, se fait faire des retouches de maquillage. Lorsqu'on en termine avec elle, elle se redresse dans son fauteuil, secoue légèrement sa tête pour replacer ses cheveux et sourit à la caméra 1. Le réalisateur lui fait signe. Trois, deux, un, ça tourne.
- Bonsoir! Ce soir, mesdames, j'ai le grand plaisir d'accueillir l'un des acteurs principaux de Hearts in the mist, monsieur Jesse Taylor!
On applaudit, on crie, l'animatrice poursuit son introduction et enfin...
- Et maintenant, sans plus attendre, Jesse Taylor!
Il arrive côté jardin, vêtu d'un jean, d'un t-shirt vert et d'un veston ouvert. Il salue l'assistance, embrasse sur les joues Claire et prend place, souriant. On applaudit, on crie encore...
- Mesdemoiselles, mesdemoiselles! Un peu de tenue! Fait l'animatrice, à la blague.
Le calme revient tranquillement, et l'entrevue débute.
- Jesse, comment vas-tu?
- Très bien, merci... Et toi, Claire? Tu es ravissante, ce soir.
- Oh! Merci, je te retourne le compliment. Et je vais très bien! Alors Jesse, un nouveau film. Après avoir enchaîné les succès avec Trigger, David O., Bloody rain, Jessica's way et l'inachevée suite Tomorrow now (nouvelle vague d'applaudissements) il est assez surprenant de te voir à l'affiche d'une petite production comme Hearts in the mist, la première oeuvre de la très jeune réalisatrice et scénariste, Juliet Matthews.
- Peut-être surprenant pour le public mais, au départ, en ambitionnant de devenir acteur, je ne visais aucunement les films à gros budgets, je souhaitais tout simplement faire ce que j'aimais le plus : jouer. Les rencontres que j'ai faites, les opportunités qui se sont présentées m'ont mené jusqu'ici mais il aurait put en être tout autrement. J'étais très heureux de participer au projet de Juliet. Le scénario m'a touché et c'était une belle occasion pour explorer un nouveau genre. J'adore les films d'auteurs.
- Comptes-tu t'en tenir au métier d'acteur ou pourrais éventuellement, à ton tour, te lancer dans un projet d'écriture ou de réalisation?
- Mmm... Non. Je crois que ma place est définitivement devant la caméra. À l'arrière, je m'y éparpillerais...
- Que veux-tu dire?
- Trop de responsabilités. Fait-il en riant. Non mais, j'aime être acteur, j'aime incarner les personnages des autres. Je n'ai pas l'imagination d'un auteur, ni l'étoffe d'un réalisateur, j'ai tout juste assez de discipline pour apprendre mes textes et de folie pour me glisser dans la peau d'un psychopathe.
Après une vague de rire dans le public, Claire reprend.
- Si modeste!
- Modeste? Je ne dirais pas ça... Enfin, peut-être un peu, oui... Cela dit, ça ne fait pas tellement modeste, de l'admettre, non?
De nouveaux rires fusent de l'assistance charmée.
- Après la pause, la suite de l'entrevue avec Jesse Taylor!
Les maquilleuses accourent dès que les caméras coupent. Après s'être fait repoudré le nez, Jesse se lève et va saluer de plus près quelques personnes de l'audience. On annonce qu'on reprend dans trente secondes, Jesse retrouve sa place et Claire s'empare de feuilles posées sur la table ronde qui les sépare. Trois, deux, un...
- Je ne t'apprendrai sûrement rien en te disant que nous avons littéralement été bombardés de courriels lorsqu'on a annoncé ta venue à l'émission. Je tiens entre mes mains un mince échantillon des messages reçus. D'abord une question, de Michelle de la Floride. Jesse, tu sembles toujours être soit en tournage de film ou en campagne de promotion pour un autre, mais oeuvre parallèlement dans divers organismes tel que The Seeying Eye et Médecins Sans Frontières. Où trouves-tu le temps et l'énergie d'autant t'impliquer?
- Le temps, honnêtement, on le trouve pour moi. C'est à peine si je sais me servir d'un agenda. Vivement le portable, et mon assistante. Et l'énergie... Je crois qu'il suffit d'être motivé par la cause. Quand on a quelque chose à coeur, c'est facile de s'y consacrer.
- Melanie du Kansas t'as écris : Comment se fait-il que tu te retrouves encore une fois célibataire?
Quelque peu embarrassé, Jesse passe une main devant sa bouche en réfléchissant. Sourire au coin des lèvres, il finit par répondre.
- C'est compliqué.
- Jesse! Ce n'est pas une réponse pour tes fans!
- Je sais... Mais c'est vrai! C'est... compliqué. J'en sais rien, des fois ça fonctionne, paraît-il, et des fois pas. De toute façon, je parie que ces soi-disants journalistes à potins ont raconté de bien meilleures versions de mes déboires amoureux que les originales.
- Bon, d'accord. Prochaine question alors, de Meredith du New Jersey : Salut Jesse, j'aimerais savoir, toi qui est si beau, si généreux et si talentueux, as-tu des défauts?
- Évidemment! Je suis loin d'être parfait. Je suis une personne plutôt ennuyante, dans la vie de tous les jours, et je ne suis pas très ordonné...
- Quelle serait la personne la mieux placée pour te décrire?
- Ma mère, sans hésitation.
- Vraiment? Et bien justement...
Sur le mur, un écran entre les deux fauteuils s'allume et apparaît une femme aux cheveux blonds et aux yeux noisette. Jesse semble surpris et éclate de rire.
- Maman! Traître! Qu'est-ce que tu fais là!?
La femme rigole de son côté, elle a un air taquin.
- Surprise!
- Bienvenue à l'émission, madame Taylor.
- Merci beaucoup.
- Alors, la grande question : Jesse est-il aussi parfait qu'il en a l'air?
- Absolument pas. Il est désordonné et tête en l'air. Il oubliait toujours son goûter et parfois même son sac d'école à la maison, plus jeune. Et ça a duré jusqu'au secondaire! C'est aussi un lunatique, mon Jesse. C'est comme s'il vivait dans un autre monde, parfois... Mais de son monde il observe beaucoup les gens, c'est pour ça qu'il peut se montrer si compréhensif envers autrui... Mais quand c'est de lui dont il est question, par contre! Il est timide, plus qu'il en a l'air. Du genre réservé. Même quand ça va mal, il préfèrera faire croire que ça va bien. Je déteste ça! Berner sa propre maman, c'est grave quand même!
À ces mots le public repart pour une tournée de rires. Jesse, accoudé contre l'appui-bras, menton dans la main, sourit discrètement, en fixant sa mère.
- Merci pour ces précisions, madame Taylor!
- C'est rien.
- Au plaisir!
- Certainement!
L'écran s'éteind, Claire se tourne vers la caméra 1.
- Après la pause, suite et conclusion de ma rencontre avec Jesse Taylor.


Dernière édition par Jesse Taylor le Mar 27 Oct - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité
Invité



MessageSujet: Re: Jesse Taylor   Mar 27 Oct - 0:21

BIO :

Ellen

- Maman... Maaaman... Je peux lui parler? S'te plaîîît...
Le petit garçon tirait sur la manche de chemise de sa mère qui parlait au téléphone en s'efforçant de ne pas s'exprimer trop fort, malgré la colère qui la prenait chaque fois qu'elle s'adressait à l'homme. Ils étaient assis dans un bus et filaient depuis des heures vers la Californie.
- Maman! Maman je sais que c'est papa. Passe-le moi avant de raccrocher, d'accord? Hein maman, tu vas me le passer?
Elle raccrocha en refermant brusquement le portable et laissa filer un juron entre ses dents.
- Maman je voulais lui parler!
- Oh! Je suis désolée mon amour, je ne t'ai pas entendu... Je suis désolée, vraiment...
Bien sûr qu'elle l'avait entendu. Entourant les épaules de son fils d'un bras, elle le coucha contre elle et lui caressa doucement la tête.
- Dors un peu mon chéri, quand tu te réveilleras, on sera presque arrivés.
Los Angeles fut difficile à apprivoiser. Trop grande, trop vive, trop fausse, étourdissante. La mère et son fils aboutirent dans un modeste appartement de Long Beach, pas très loin du port. Ellen passa ses premières journées à rechercher un emploi, Jesse les occupa à écrire des lettres à son père devant la télévision.
Cher papou,
J'espère que tu vas bien. Moi je m'ennuie. Je m'ennuie de toi et de notre maison aussi, et de la ville et de tout. J'aimerais que maman et toi soyez de nouveau des parents et que tout soit comme avant. J'aurais aimé apporter Jack dans mes bras mais maman m'a dit que ce n'était pas une bonne idée. S'il te plaît ne le mange pas, même si je sais que tu ne faisais que des blagues...
Je t'aime gros comme le soleil,
Jesse

Ellen trouva un emploi dans une bijouterie, Jesse entra à l'école du quartier dès la rentrée des classes, et la vie reprit tranquillement son cours, ponctuée de lettres jamais envoyées, cachées dans un tiroir.
- Maman, on peut appeler papa? Il ne répond pas à mes lettres, peut-être qu'il ne les reçoit pas...
- Ton père est très occupé, tu le connais.
Et le temps passe, abandonnant les lettres à l'oubli. Le silence s'intensifie, et le père ne devient plus qu'une ombre dans la vie de son fils.
Ellen se débrouilla à merveille dans la bijouterie, se hissant en quelques mois au poste de gérante de la place. Aussi commença-t-elle à créer ses propres bijoux, qui se virent exposés dans les vitrines de la boutiques et s'avérèrent fort populaires. Jesse se fit à sa nouvelle école, y rencontra quelques amis et quelques rêves, comme celui de jouer dans les films, un de ces jours.

Alicia

Alicia, la fille de la pub des préservatifs. Alicia la blonde, la grande, la belle, à moitié nue sous les couvertures, ses cuisses entre les siennes, sa poitrine, son bas-ventre contre lui. Et son sourire, quand elle tourne la tête pour le regarder, ses yeux rieurs qui ne savent pas mentir, son regard qui glisse sur sa peau et plonge sous les couvertures... Son rire. Ses mains qui se glissent dans son dos, elle l'attire contre lui, lui murmure à l'oreille des choses qu'il n'a jamais entendues, il voudrait disparaître en elle.
- TROIS, DEUX, UN, ACTION!
La pub leur ouvrira les portes d'un avenir prometteur. Ils escaladeront main dans la main les marches du succès, faisant halte régulièrement dans la chambre d'Alicia pour y apaiser la fougue de leur jeunesse, se perdant en baisers et en caresses dans les ébats de l'adolescence.
Puis Alicia l'embrasse, pour la dernière fois, avant de s'envoler pour le ciel de Paris, là où ses pieds iront fouler les plus grands catwalks. C'est la fin d'une époque, le début d'une nouvelle ère. Jesse entre à l'école de théâtre.

~.~.~

Le père et le fils sont assis dans un casse-croûte. Quand il a reçu le message, Jesse a aussitôt trouvé une excuse pour quitter son cours et rejoindre son père au lieu de rendez-vous. Avec lui c'était comme ça, maintenant ou jamais et surtout, sans que personne ne sache. Il devait être ici par affaires, comme d'habitude, mais ne s'étendrait certainement pas sur le sujet. Il disait venir pour prendre de ses nouvelles, tout simplement, et parce qu'il passait dans le coin...
- Alors Jesse, les études, ça va?
- Ouais... On me dit que j'ai mes chances, dans le domaine.
- Je le crois aussi.
Jesse sourit en baissant la tête vers son club sandwich. Il n'a même pas faim, mais son père lui offrait et si ça pouvait le retenir un peu plus longtemps ici, assis sur cette banquette rouge devant lui...
- Comment va ta mère?
- Elle va bien! Elle travaille toujours pour la même bijouterie et ses bijoux sont très populaires.
- Tant mieux.
- Ouais... Tu vas revenir bientôt?
- Je l'ignore, Jesse.

Emily

- Suit the action to the word, the word to the action, with this special observance, that you o'erstep not the modesty of nature: for any thing so o'erdone is from the purpose of playing, whose end, both at the first and now, was and is, to hold as 'twere the mirror up to nature: to show virtue her feature, scorn her own image, and the very age and body of the time his form and pressure.
- Ah ce Shakespeare... C'était super, Jesse.
- C'est gentil mais... Je doute avoir tout compris.
- T'as tout senti, c'est différent. N'essaie pas de mettre des mots sur tes sentiments, ça les gâte. Aller viens, je t'amène au resto.

~.~.~

- J'ai rencontré quelqu'un.
- Je m'y attendais.
- À partir de maintenant, toi et moi, on n'est plus que professeur et étudiant. D'accord?
- Ouais...
- Écoute Jesse, si tu le veux vraiment, tu as un bel avenir qui t'attend, en tant qu'acteur. Je connais quelqu'un qui pourrait t'aider.
- 'Pas la peine d'essayer de te racheter, Emily. C'est bon, j'ai compris.
- Je ne cherche pas à me racheter, je veux seulement éviter que tu gaspilles ton talent. Je le fais pour l'Art, si tu préfères. Tient, son numéro. Elle s'appelle Cristal.

Il ne la contacta pas de suite, car on vint à lui d'abord. L'univers de la mode lui ouvrit les bras, et il tomba dans ceux d'une certaine... Grazielle.
Spoiler:
 


Cristal
(Samantha, Laurel, Bianka, Leslie, Jennifer, Kayla)

Elle pianote sur le clavier de son ordinateur portable tout en conversant, bluetooth sur l'oreille. Cristal n'arrête jamais. Sa chaise roule vers le classeur, duquel elle sort un dossier, le ramène à son bureau d'un élan et se remet à pianoter en papotant. Il l'observe patiemment en attendant son tour, assis dans un fauteuil lui faisant face. Mains croisées sur son ventre, il suit des yeux son agente en s'étonnant qu'il n'y ait jamais rien eut, entre eux. Peut-être qu'elle est homosexuelle? À bien y penser, cela ne serait pas si surprenant. Et ça expliquerait certaines choses...
- Bon, ça y est, je suis toute à toi.
Si seulement, songe-t-il, amusé.
- L'appartement est loué, à Manhattan. Ton départ est fixé, tu pars dans trois semaines. Cinq entrevues pour la première semaine, deux pour la suivante, je t'enverrai les détails. Ensuite c'est le tournage qui commence, l'équipe te recontactera à ce sujet et Juliet a ton numéro. Je serai en ville un mois après ton arrivée, mais je t'appellerai tous les jours. Des questions?
- Non... Pas pour l'instant.

Making Believe...

De retour sur le plateau d'Evening at Claire's.
- Alors Jesse, quels sont tes plans pour l'avenir?
- Et bien il y a Hearts in the mist qui sort bientôt et puis le tournage de la suite de Tomorrow now. Et...j'aimerais, éventuellement, retourner jouer au théâtre.
- Je te souhaite tous pleins de beaux projets pour les années à venir et, bien que je risque de me faire haïr par les demoiselles, une fiancée aussi aimbable que toi.
- Merci beaucoup.
Jesse salue la foule qui se lève pour l'applaudir, le générique s'achève, on coupe. Une femme vêtue d'un tailleur et tenant un porte-documents le rejoint et il la suit en arrière-scène, dans sa loge. Il agrippe un manteau, qu'il enfile vite fait, prend son sac et quitte.
- Votre voiture est prête.
Ils prennent place tous deux dans un luxueux véhicule noir, sur la banquette arrière et, alors que la voiture démarre, la jeune femme se penche vers Jesse en entreprenant de détacher son pantalon. Il la repousse doucement d'une main, sans la regarder, le visage tourné vers la fenêtre teintée, las.
- Pas ce soir...
...


It's not as bad as it seems... It's just... I'm just trying to be me. I'm just... whatever. You don't care as much as you think you do, trust me.

Famille : Ellen Taylor, sa mère, vit toujours à Los Angeles, où elle y crée des bijoux et y gère une bijouterie. Ils communiquent régulièrement et s'entendent très bien. Jesse lui en a voulut de l'avoir éloigné de son père, mais plus aujourd'hui.

James Taylor, son père, dont il a apprit le décès qu'à son arrivée à New York-2. Il a vécut avec lui pendant les premières années de sa vie, puis a perdu contact, mais l'a éventuellement revu à intervalles irréguliers.

Code: Validé!

fiche terminée!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
E.N.D.


Cute Name? : Tellie dear~
How old are you? : Who knows?
Messages : 514


Encounters
Links To Others:

MessageSujet: Re: Jesse Taylor   Mar 27 Oct - 1:07

Les descriptions étaient originales, et l'histoire leur faisait suite!

J'aime beaucoup en tout cas, je valide la fiche!

Bon jeu parmi nous! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://reservoirdogs.forumactif.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jesse Taylor   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jesse Taylor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reservoir Dogs :: R E S E R V O I R D O G S :: ¤ CORBEILLE ¤ :: IDs-